Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

TÉMOIGNAGE - Corse : Claude Chossat, repenti de la Brise de mer, se confie avant son procès

- Mis à jour le -
Par , France Bleu RCFM, France Bleu, France Bleu Provence

Alors que son procès devant la Cour d’Assises d’Aix-en-Provence s'ouvre lundi, Claude Chossat sort de son silence. Celui qui se qualifie de "repenti de fait mais pas de droit", car la justice lui a refusé le bénéfice du programme de protection des témoins, dit vivre dans l’angoisse.

Corse : Claude Chossat, le procès d’Aix & le grand banditisme
Corse : Claude Chossat, le procès d’Aix & le grand banditisme © Radio France - France Bleu RCFM

Corse, France

Claude Chossat a peur du procès qui va s’ouvrir à Aix ce 28 octobre. Il est accusé de "meurtre en bande organisée avec préméditation", suite au meurtre de Richard Casanova en 2008, présenté comme l'un des piliers de la Brise de Mer, organisation majeure du grand banditisme en Corse, en son temps.

"Petit truand au CV garni de vols à main armée" comme il le rappelle dans son livre "Repenti, au cœur de la mafia corse – Fayard", Claude Chossat est accusé d’avoir fourni des armes à Francis Mariani, présenté lui aussi comme pilier du gang. "J'ai voyagé dans sa roue durant deux ans, 2007 – 2009", dit-il. La chambre de l’instruction d’Aix en Provence estime qu’il est allé au-delà du simple équipier, de l’homme à tout faire, puisqu’il a « participé directement aux préparatifs et à l’action elle-même ». Entre les repérages les jours précédents, la location de véhicules, la surveillance de la concession automobile où Richard Casanova s’est rendu, l’achat et le transport d’armes, l’accusation affirme que Claude Chossat n’ignorait rien de la préparation d’un projet criminel.  Il risque la réclusion criminelle à perpétuité.  Il va être jugé durant deux semaines. Il sera dans la même salle que la famille de la victime. Il craint ce moment, et au-delà, le procès dans son ensemble.  

23 avril 2008 : Richard Casanova est tué à Porto-Vecchio

Le 3 septembre 2009, Claude Chossat est interpellé en Suisse. Son ADN est retrouvé sur le poste de tir utilisé par le tueur. "J’ai manipulé une pierre et une brique pour permettre à Francis Mariani de voir derrière le mur qui surplombait la concession automobile", dira-t-il aux enquêteurs. 

Finalement, à l’issue de sa garde-à-vue, il décide de se "mettre à table", de parler et signer le procès-verbal de son audition fleuve où il détaille pêle-mêle le déroulement de l’assassinat de Richard Casanova, mais aussi, le fonctionnement du grand banditisme corse. Une véritable mine d’or pour les enquêteurs qui découvrent ce qu’il y a derrière le mythe de la Brise de Mer. Entre querelles de pouvoir, affaires, règlements de comptes, Claude Chossat dit tout ce qu’il sait. Sa vérité permet à la police de faire sortir de grosses affaires, notamment celles des Cercles de Jeux parisiens et la compréhension de certains assassinats. 

Chossat dit tout ce qu’il sait, mais la justice lui refuse sa protection

"Je me suis senti abandonné par la justice qui m’avait promis une protection en échange de mes confessions". Claude Chossat a même écrit à la Ministre de la Justice. "Elle ne vous répondra jamais", avaient prévenu ses avocats. Erreur, Nicole Belloubet a répondu à la lettre du "repenti" mais...

Et maintenant ? 

Claude Chossat va comparaître à Aix-en-Provence durant deux semaines dans un Palais de Justice transformé en bunker. Le Raid, des unités d’élite sur le parcours, entre le lieu de résidence de l’accusé et le palais de justice, de gros moyens vont être engagés pour assurer sa sécurité, celle de ses proches et de ses avocats. Il avait demandé à être jugé ailleurs. "Aix c’est", dit-il, "la base arrière de la mafia corse".  

Aujourd’hui, Claude Chossat craint l’issue du procès. Il encourt la perpétuité pour le meurtre de Richard Casanova et sera aussi jugé pour "association de malfaiteurs". Il espère secrètement que les magistrats professionnels de la cour d’Assises lui donneront un statut de repenti en l’acquittant du meurtre de Richard Casanova et en le condamnant légèrement pour l’association de malfaiteurs. Ce serait pour lui un bon moyen pour tirer un trait sur son ancienne vie, espère t-il...

L'intégralité de l'interview de Claude Chossat

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu