Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Corse-du-Sud : la série des faits-divers s'allonge

-
Par , , France Bleu RCFM

Le canton des Deux Sevi a été le théâtre de deux affaires ce week-end, un bar a d’abord été visé par des tirs d'arme à feu à Evisa, puis, ce samedi soir, c'est un jeune-homme de 25 ans qui a été admis à l'hôpital d'Ajaccio pour une blessure par arme à Feu, les faits se seraient produits à Murzu.

Un bar a été visé par des tirs d'arme à feu à Evisa, puis un jeune homme de 25 ans a également été blessé par arme à feu à Murzu
Un bar a été visé par des tirs d'arme à feu à Evisa, puis un jeune homme de 25 ans a également été blessé par arme à feu à Murzu - DR/

Dans la nuit de vendredi à samedi, c'est un bar du centre du village d'Evisa qui a été ciblé, selon les gendarmes de Vicu. Les vitres du commerce ont apparemment volé en éclat et le gérant ne s'en sont rendu compte qu’au matin suivant. Une plainte a été déposée par ce dernier, dont le parquet précisait ce dimanche qu'il était inconnu des services de police et de justice. Les enquêteurs situent les faits entre minuit et deux heures du matin.

Dans la nuit de vendredi à samedi, c'est un bar du centre du village d'Evisa qui a été ciblé, selon les gendarmes de Vicu.
Dans la nuit de vendredi à samedi, c'est un bar du centre du village d'Evisa qui a été ciblé, selon les gendarmes de Vicu. - DR/

Puis à une demi-heure de route d'Evisa, à Murzu ce samedi, c’est un jeune-homme de 25 ans qui a subi une blessure par arme à feu. Une blessure à une main, qui nécessite une opération. 

"Il a dit s'être fait lui-même cette blessure à la main", confirmait la procureure de la République d'Ajaccio à notre rédaction, ce dimanche, "en maniant une arme". Cette dernière est actuellement recherchée, le blessé sera lui auditionné dans un second temps. 

Concernant le mitraillage du bar, la brigade de recherches de la gendarmerie d'Aiacciu mène l'enquête conjointement avec la brigade territoriale de Vicu. La police judiciaire est elle chargé d'enquêter sur l'affaire de la blessure par arme à feu de l'homme de 25 ans, celui-ci étant, par ailleurs, connu des services pour des faits d'extorsions de fonds et d'associations de malfaiteurs. "Des procédures qui remontent à 2017", précisait ce midi la procureure d'Ajaccio, Mme Carine Greff. Le parquet indique qu'il est "bien trop tôt" pour imaginer un lien entre les deux affaires et que "l'enquête débute à peine"

Réaction du collectif "Maffia NÒ - A vita IÈ"

Deux faits divers en un week-end dans cette région, quelques jours après les assassinats commis à Ajaccio, cela fait réagir. D’abord, ce sont les autorités, la procureure Carine Greff, et le préfet de Corse Franck Robine ont tous deux voulu occuper le terrain, après les fusillades de Mezzavia et du Cours Général LeClerc, qui, rappelons-le, ont fait deux morts et un blessé. Ce vendredi, tous deux ont supervisé des contrôles de véhicules sur les stupéfiants et les armes, aux entrées de l'agglomération ajaccienne.

Puis sur Facebook et Twitter, le collectif "A maffia nò, a vita iè" a réagi également. Il dénonce « une politique de communication », qui   « a ses limites ». « Elle n’est pas de nature à rassurer ceux qui espèrent que les autorités seront intraitables contre la pression mafieuse », estime le collectif mené par Léo Battesti. La procureure de la République n'a pas souhaité commenter. 

Notez d'ailleurs que c'est le collectif "A maffia nò, a vita iè" qui s'est fait écho du mitraillage du bar d'Evisa sur les réseaux sociaux. Le collectif anti-mafia qui apporte son soutien au commerçant visé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu