Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Corse : il s'appelait Salah Klai, abattu dans une "indifférence quasi générale"

-
Par , , France Bleu RCFM

Le 31 janvier 2021, un ouvrier agricole était tué de trois balles dans le dos. Salah Klai, qui vivait en Corse depuis des décennies, était tunisien. Un crime vite oublié, toujours inexpliqué. Pour lui rendre hommage, le collectif Avà Basta appelle à un rassemblement ce samedi, à Cargèse.

Salah Klai a été tué le 31 janvier 2021 dans le centre de Cargèse
Salah Klai a été tué le 31 janvier 2021 dans le centre de Cargèse © Maxppp - A. Pistoresi

Salah Klai, ce nom ne vous dit peut-être rien, ou une information vaguement entendue, d'une oreille distraite. C'est le nom de cet ouvrier agricole tunisien tué le 31 janvier dernier dans le centre de Cargèse. Un homme décrit comme sans histoires, inconnu des services de la police et de la justice.  "Une victime de plus qui nous renvoie à la naissance d'Avà Basta en 1985, quand un honnête employé municipal d'origine marocaine, qui balayait la rue, tombait sous les balles de misérables racistes ", écrit le collectif dans un communiqué. 

A l'arrivée des secours, il était toujours vivant, il leur a dit Pourquoi j'ai si mal au dos, il ne savait pas qu'on venait de l'assassiner

Mais son président, Joseph Maestracci, se refuse à parler de crime raciste : "Nous serons à Cargèse, à ce rassemblement, en "paceri", en porteurs de paix parce que Salah Klai est Cargésien avant tout, il a vécu à Cargèse plus qu'en Tunisie. Il est tombé dans une indifférence quasi générale. Moi, j'ai entendu un ouvrier tunisien a été tué, il n'avait pas d'état civil. Je remercie la mairie de Cargèse d'avoir sorti un avis nécrologique qui lui a redonné son nom. Mais nous ne parlons pas de crime raciste, nous ne pensons pas d'ailleurs qu'il s'agit d'un crime raciste parce que Salah Klai était apprécié de tous.  Non, nous n'appelons pas à un rassemblement contre le racisme, nous nous insurgeons contre le crime d'un homme paisible de 68 ans, tué de trois balles dans le dos, un matin ensoleillé à Cargèse. Joseph Maestracci poursuit la voix étranglée par l'émotion : "A l'arrivée des secours, il était toujours vivant, et il leur a dit Pourquoi j'ai si mal au dos, il ne savait pas qu'on venait de l'assassiner". Il s'appelait Salah Klai. 

Un rassemblement en sa mémoire a lieu ce samedi 6 mars, à 14 heures à Cargèse, devant le monument aux Morts. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess