Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cinq morts dans un canyon en Corse : l'enquête se poursuit après le drame de Soccia

jeudi 2 août 2018 à 19:38 Par Thibault Quilichini, Maxime Becmeur et Jérôme Susini, France Bleu RCFM et France Bleu

Au lendemain de la crue qui a tué cinq personnes à Soccia, en Corse-du-Sud, Eric Bouillard le procureur de la République d'Ajaccio, ainsi que les services de la gendarmerie et de la préfecture ont tenu une conférence de presse pour revenir en détails sur les faits et l'avancement de l'enquête.

Conférence de presse d'Eric Bouillard le procureur de la République d'Ajaccio, en présence des représentants de la gendarmerie et de la préfecture de Corse
Conférence de presse d'Eric Bouillard le procureur de la République d'Ajaccio, en présence des représentants de la gendarmerie et de la préfecture de Corse © Radio France - Maxime Becmeur

Corse, France

Les questions restent nombreuses au lendemain du drame qui a coûté la vie à cinq personnes, dont une enfant de sept ans et un moniteur de canyoning, dans la rivière du Zoicu, sur la commune de Soccia, en Corse-du-Sud. Si les opérations de secours et de recherche sont bien terminées, le volet judiciaire, lui, ne fait que commencer, pour tenter de faire connaître la vérité aux familles des victimes et établir les éventuelles responsabilités. Le procureur de la République d'Ajaccio et les services de la gendarmerie et de la préfecture de Corse tenaient une conférence de presse.

Une réglementation respectée mais un risque mal apprécié ?

Le procureur de la république d'Ajaccio a indiqué que la réglementation en matière de pratique du canyoning avait bien été respectée, notamment en ce qui concerne l'âge minimum de sept ans, âge de la plus jeune des victimes. Des doutes subsistent toutefois sur l'appréciation du danger par le moniteur de canyoning précise Eric Bouillard "On a, au moment où je vous parle, entendu deux guides, qui sont d'ailleurs intervenus pour tenter de porter secours aux victimes, et qui nous ont indiqué qu'eux-mêmes avaient effectué la première partie, qu'ils appellent la partie familiale, et qu'ils avaient renoncé à faire la seconde, beaucoup plus technique, qu'ils appellent la sportive, en raison des conditions météo et du danger que cela représentait."

Eric Bouillard procureur de la République d'Ajaccio

L'âge minimum abaissé en 2011

La société AltiCanyon proposait la découverte de la rivière Zoicu, dès sept ans, dans une randonnée de trois heures et demi sans difficulté particulière. Jusqu'en 2011, la pratique de cette activité n'était autorisée qu'à partir de dix ans, c'est le préfet de l'époque, Patrick Strozda qui avait signé l'arrêté modifiant la règle. Autre changement intervenu en 2011, la possibilité pour un accompagnateur de passer de huit à douze personnes encadrées sur une même sortie. C'était le cas lors du drame. 

Jusqu'en 2006, un dispositif d'évacuation préventive des cours d'eau était mis en place par les pompiers de Corse-du-Sud, avec des survols réguliers des canyons lorsque ces derniers étaient touchés par des orages. Un dispositif qui avait montré son efficacité.