Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Corse : l’histoire sans fin des paillotes ?

-
Par , , France Bleu RCFM

De la paillote « Chez Francis » incendiée en 1999 à l’autorisation d’occupation temporaire aujourd’hui, le problème des paillotes est toujours d’actualité en Corse. Un sujet sensible à l’origine de nouvelles crispations à quelques heures de l’ouverture de la saison estivale.

20 ans après, les paillotes font l'actualité en Corse
20 ans après, les paillotes font l'actualité en Corse © Maxppp -

Corse - France

Il y a 20 ans, dans la nuit du 19 au 20 avril 1999, l'incendie d'un établissement de plage, au sud d'Ajaccio, marquait le début de l'affaire dite des paillotes. Un scandale d'Etat. Le feu en effet avait été allumé par des gendarmes d'une unité spéciale, sur ordre préfet de Corse, Bernard Bonnet.

Une incroyable affaire...

C'est histoire d'un préfet qui décide d'utiliser des méthodes de voyous pour faire respecter la loi et mettre fin à l'installation illégale de paillotes sur le domaine public maritime. Dix jours avant l'incendie pourtant, sur décision judiciaire, Bernard Bonnet passe par les voies légales. Il fait intervenir des bulldozers pour raser deux paillotes dans le golfe d'Ajaccio. Mais il doit reculer face à la mobilisation de «paillotiers », mais aussi d'élus de tous bords. 

Bernard Bonnet, lors de son procès en novembre 2001 - Maxppp
Bernard Bonnet, lors de son procès en novembre 2001 © Maxppp -

Un homme est en pointe dans ce combat : Yves Féraud, propriétaire du restaurant de plage Chez Francis. Dans la nuit du 19 au 20 avril, c'est son établissement qui sera incendié, par des gendarmes. L'opération tourne mal : l'un d'eux est gravement brûlé. Deux semaines plus tard, le préfet Bonnet, son directeur de cabinet, le colonel Mazères, commandant de la gendarmerie en Corse, et cinq gendarmes sont mis en examen.  Ils seront jugés et condamnés. Bernard Bonnet, nommé après l'assassinat du préfet Erignac pour rétablir l'état de droit, écope de trois ans de prison, dont un ferme. Le mot paillote fait son entrée dans le dictionnaire. 20 ans après, il est toujours d'actualité. 400 demandes d'occupation temporaire du domaine public maritime sont en cours d'examen.  

Choix de la station

France Bleu