Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Corse : le Canard déchaîné contre le "système Giacobbi"

mercredi 10 avril 2019 à 17:02 Par Patrick Vinciguerra, France Bleu RCFM

Retour sur le système Giacobbi dans le Canard de ce mercredi avec de nombreux détails sur l'enquête en cours sur des suspicions d'emplois fictifs présumés au département de la Haute-Corse et à la CTC. L'hebdomadaire épingle aussi François Orlandi pour des échanges avec une magistrate bastiaise.

Le Canard enchaîné revient sur l'affaire des emplois présumés fictifs au département de la Haute-Corse
Le Canard enchaîné revient sur l'affaire des emplois présumés fictifs au département de la Haute-Corse -

Corse, France

Dans la livraison de ce mercredi, le Canard enchaîné, qui en raison d'un mouvement social du distributeur Presstalis ne sera distribué que demain dans l'île, revient sur les années Giacobbi, entre 2010 et 2015, alors que ce dernier était président de la Collectivité territoriale de Corse.  Dans un article, que nous avons pu nous procurer, le journal satirique dévoile un certain nombre de détails sur l'enquête en cours concernant le volet des emplois présumés fictifs, révélations tirées d'heures d'écoutes téléphoniques entre différents protagonistes de cette affaire, et qui ont débouché sur plusieurs mises en examen, d'élus et de fonctionnaires. Rien de neuf sur ce chapitre. En revanche, on apprend qu'une information judiciaire contre X a été ouverte par le parquet de Bastia pour violation du secret de l'instruction et recel de violation du secret de l'instruction, ce qui a provoqué un dépaysement de la procédure au profit du tribunal de grande instance de Paris.

Entre le 1er mars 2018 et le 12 février 2019, il y aurait eu entre François Orlandi et une magistrate de la Cour d'appel de Bastia 1230 échanges (appels ou SMS), soit presque 4 par jour

En cause, peut-on lire dans le Canard : les relations entre l'un des témoins assistés fans ce dossier, François Orlandi, ancien président du conseil général de Haute-Corse et Rose-May Spazzola, la présidente de la chambre d'instruction de la cour d'appel de Bastia, supérieure hiérarchique du juge Meindl en charge de l'affaire. Entre le 1er mars 2018 et le 12 février 2019, il y aurait eu entre eux 1230 échanges (appels ou SMS), soit presque 4 par jour, alors que la procédure est toujours en cours.

L'ancien président du conseil général de la Haute-Corse épinglé par le Canard - Aucun(e)
L'ancien président du conseil général de la Haute-Corse épinglé par le Canard -

De son côté François Orlandi se défend. Joint ce matin par téléphone, il se dit sidéré par ces allusions... Il ne comprend pas ces accusations. Concernant les échanges téléphoniques avec la magistrate, il assure que cela "n'a strictement rien à voir avec l'affaire en question, déjà lointaine", mais qu'"il s'agit tout simplement d'une relation amicale", qu'il connaît cette dernière depuis longtemps. Concernant les emplois supposés fictifs, il assure avoir géré le département avec rigueur que durant sa présidence (de 2015 à 2017).

Autre révélation du Canard : Paul Giacobbi percevrait un salaire de 8 000 euros au ministère de la Transition écologique. "C'est malheureusement faux", répond l'intéressé

Le Canard, décidément en verve, épingle également Paul Giacobbi à titre personnel. Dans un petit encadré, le Palmipède affirme que l'ancien président de l'Exécutif de la CTC est retourné dans l'administration, plus précisément au ministère de la Transition écologique et solidaire, à Paris.  Selon des documents internes, poursuit le journal satirique, il figure depuis 2 ans parmi les agents temporaires sans affectation... mais pas sans salaire, précise caustique le Canard. Il percevrait en tant qu'administrateur civil 8 000 euros mensuels. "C'est malheureusement faux", a répondu Paul Giacobbi, joint ce matin justement dans son bureau parisien du ministère.  "Je touche précisément, affirme ce dernier, 5 731 euros ( primes comprises  et avant impôt)... Et pour des missions bien réelles. Fin de citation.