Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Corse : une mère de famille tuée à son domicile

lundi 4 mars 2019 à 6:12 Par Patrick Rossi, France Bleu RCFM et France Bleu

Une mère de famille a été tuée par balles dimanche 3 mars à son domicile à l’Ile-Rousse. L’auteur présumé des coups de feu serait son ancien compagnon, qui s’est rendu aux gendarmes. Le parquet de Bastia a ouvert une enquête de flagrance pour homicide volontaire.

Violences conjugales, un nouveau drame en Balagne
Violences conjugales, un nouveau drame en Balagne © Maxppp -

Ile-Rousse, France

« Julie était une femme battante, rayonnante, très courageuse ». Ce témoignage est celui d’Antoinette Salducci, vice-présidente de la communauté de communes de l’Ile-Rousse. Julie était une mère de famille d’une trentaine d’année, maman de deux enfants de 8 et 10 ans. Elle a été tuée par balles, à son domicile. L’auteur présumé des coups de feu serait son ex-compagnon. L’auteur des faits s’est en tout cas rendu aux gendarmes de l’Ile-Rousse. L’homme a été placé en garde à vue, laquelle est prolongée ce lundi.

Pas prise au sérieux ?

Selon de nombreux témoignages, cette jeune maman était victime de violences conjugales depuis de longs mois. Leur séparation était en cours et conflictuelle, plusieurs plaintes ayant été déposées l'un contre l'autre, pour violences, vol ou encore dégradation. Un juge avait décidé fin janvier de placer provisoirement les deux enfants du couple chez leur père, en attendant les conclusions d'une enquête sociale.

Visiblement, la situation de cette femme était connue par beaucoup de monde. « Je crois que quand il y a le moindre doute, chacun doit en avoir conscience, la personne violente peut déraper à tout moment. C’était tout à fait prévisible » indique Antoinette Salducci. Elle considère que « l’on ne prend peut-être pas au sérieux, autant qu’on le devrait du moins, lorsque quelqu’un vient expliquer qu’il se passe à son domicile des choses difficiles. Faire la démarche d’aller à la gendarmerie n’est pas facile. Et lorsqu’on le fait, cela doit être pris en compte à la hauteur de ce que ressent la personne et de ce qu’explique la personne. Julie m’avait dit qu’elle s’inquiétait parce qu’on ne la prenait pas au sérieux. Il faudra peut-être que je meure pour que l’on me prenne au sérieux»  conclut la vice-présidente de la communauté de communes de l’Ile-Rousse. 

Antoinette Salducci, vice-présidente de la communauté de communes de l'Ile-Rousse

Le parquet de Bastia a ouvert une enquête de flagrance pour homicide volontaire.