Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Côte-d'Or : les conseils d'un assureur après une mini-tornade à Mauvilly et Meulson mi-août

-
Par , France Bleu Bourgogne

Après une mini-tornade qui s'est abattue sur Mauvilly et Meulson une habitante nous a contacté, selon elle nombre d'habitants ont subit "de gros dégâts" et Météo France ne peut pas leur fournir de certificat. Et Kathy craint de ne pouvoir être indemnisée. Les conseils d'un assureur Dijonnais.

Une branche de platane est tombée sur une ligne électrique à Jurançon dans les Pyrénées-Atlantiques après le passage d'une tempête en 2019 (photo illustration)
Une branche de platane est tombée sur une ligne électrique à Jurançon dans les Pyrénées-Atlantiques après le passage d'une tempête en 2019 (photo illustration) © Radio France - Evan Lebastard

Une mini tornade s'est abattue le 12 août 2020 à 2 heures du matin causant "pas mal de dégâts" à Mauvilly et Meulson dans le Nord Côte-d'Or explique en substance Kathy, une habitante de Meulson, dans un mel. 

L'appel à l'aide de Kathy

Le soucis c'est que "aucune station météo n'est assez proche pour obtenir un certificat de coup de vent à plus de 100 kilomètres heures" comme le demandent certaines assurances. "Elles ne nous couvrirons que si nous pouvons prouver la force du vent !" Kathy, dépitée, appelle à l'aide. 

Fabrice Trace, agent d'assurance lui répond

Pour tenter de lui répondre nous avons contacté un professionnel, Fabrice Trace, agent général d'assurances représentant un grand groupe du secteur à Dijon. 

Le vent a soufflé à plus de 100 kilomètres heures

France Bleu Bourgogne : "Pour ces dommages intervenus mi-août on demande aux sinistrés de faire la preuve que le vent a soufflé à plus de 100 kilomètres heures mais Météo France n'est pas capable de fournir de certificats. Existe-t-il un moyen d'être indemnisé malgré tout ?" 

Fabrice Trace : "Selon les contrats d'assurances, les assureurs considèrent que pour qualifier un événement de tempête le vent doit avoir causé des dommages sur des bâtiments de "bonne construction" dans la commune où se trouve les biens sinistrés ou dans les communes avoisinantes. C'est défini par les conditions générales du contrat." 

FBB : "Qu'appelle-t-on un bâtiment de bonne construction ?" 

FT : "C'est un bâtiment qui est bien entretenu et qui normalement résiste à des vents d'intensité normale." 

Que s'est-il passé au juste cette nuit là et quelles solutions peuvent apporter les assurances ? Réponse de notre reporter.

Déclarez le sinistre le plus rapidement possible à votre assureur

FBB : "Si j'arrive à prouver que d'autres bâtiments, d'autres maisons, d'autres immeubles -dont ces fameux "bâtiments de bonne construction"- ont été touchés eux aussi que dois-je faire ensuite ?"

FT : "Vous devez déclarer le sinistre le plus rapidement possible à votre assureur, vous pouvez lui envoyer une lettre recommandée, un mel ou l'appeler au téléphone. L'assuré dispose d'un délais de cinq jours pour faire cette déclaration." 

FBB : "Cela veut dire que là, en l'occurrence, il est trop tard pour les habitants de Mauvilly et Meulson ?"

FT : "Il faut vraiment que la personne voit tout cela avec son agent général d'assurances. En fait l'idée c'est qu'à partir du moment où vous avez subit un sinistre vous devez prendre des mesures conservatoires. Par exemple si le toit de votre habitation est éventré après une tempête vous ne pouvez pas attendre des mois pour le déclarer parce que les dégâts peuvent encore s'aggraver. En fait il faut être réactif, c'est pour cela que ce délais de cinq jours existe."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Bâcher un toit, protéger une fenêtre

FBB : "Bâcher un toit, protéger une fenêtre, par exemple, cela peut être considéré comme une mesure conservatoire ?" 

FT : "Oui exactement, ce sont toutes les mesures nécessaires que l'on peut mettre en place pour éviter que les dégâts ne s'aggravent."

FBB : "Si je vous suis bien, tout n'est peut-être pas perdu pour ces malheureux habitants de Mauvilly et Meulson ?"

FT : "Effectivement, mais il faut vraiment qu'ils se rapprochent de leur agent d'assurances, qu'ils discutent, qu'ils expliquent ce qui s'est passé et qu'ils se renseignent également pour savoir si aux alentours d'autres bâtiments ont été endommagés. Si plusieurs bâtiments ont été touchés à ce moment là l'assureur comprendra qu'il y a eu ce soir là un vent d'une intensité anormale." 

Comment faire si vous avez été touché par cette tempête ? Fabrice Trace vous répond dans cette interview en longueur.

La "garantie tempête"

FBB : "En revanche la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle ne changerait rien concernant l'éventuelle prise en charge de ces sinistres ?"

FT : "Non, car dans le cas de cette mini-tornade, nous sommes sur une "garantie tempête", les garanties "catastrophe naturelle" ne prennent pas en charge les dommages dus au vent, c'est un autre volet." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess