Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Côte-d'Or : des coups de feu à Chevigny-Saint-Sauveur, trois personnes arrêtées

-
Par , France Bleu Bourgogne

Trois personnes ont été mises en examen, jeudi 20 novembre, pour tentative de meurtre et extorsion en bande organisée après des tirs sur une maison de Chevigny-Saint-Sauveur (Côte-d'Or). Elles sont toutes écrouées.

Sept coups de feu ont été tirés sur la façade d'une maison de Chevigny-Saint-Sauveur, le 2 août 2020.
Sept coups de feu ont été tirés sur la façade d'une maison de Chevigny-Saint-Sauveur, le 2 août 2020. © Maxppp - Maxppp

Trois personnes ont été mises en examen et écrouées, jeudi 20 novembre 2020, pour tentative de meurtre et extorsion en bande organisée après des tirs sur une maison de Chevigny-Saint-Sauveur. Cette affaire remonte au mois d'août, lorsque, en plein cœur de l'été, une maison de la rue Marie-Noël avait été ciblée par plusieurs tirs d'armes à feu. 

Une intervention du GIGN 

Plusieurs personnes ont donc été interpellées moins de quatre mois après les tirs dans le cadre "d'une opération judiciaire" qui a impliqué, selon le Parquet de Dijon, entre autres, l'antenne Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale (GIGN) de Dijon. De la drogue et une arme semi-automatique ont aussi été découverts . Le parquet de Dijon a ouvert une information judiciaire pour tentative de meurtre et extorsion en bande organisée.

Sept impacts de balle sur la façade d'une maison

Pour rappel, en août,  sept balles avaient touché la façade de cette maison, l'une d'entre elles avait même fracassé la baie vitrée d'une des chambres. "Si mon mari avait fait la sieste dans le lit, il n'y aurait plus de mari", racontait à l'époque des faits, Vanessa, la mère de la famille occupant la maison. Ces coups de feu étaient en fait destinés aux précédents occupants de la maison, liés à un trafic de drogue. C'est toujours la piste privilégiée, estime le parquet de Dijon. Aucune victime n'est à déplorer dans cette affaire, dont les investigations durent depuis le mois d’août.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess