Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Côte-d'Or : une prise d'otage sur fond de trafic de drogue, deux interpellations

-
Par , France Bleu Bourgogne

Une affaire de prise otage avec demande de rançon sur fond de trafic de drogue a été résolue par les gendarmes de Côte-d'Or. Vendredi 13 novembre 2020, un homme avait été enlevé, puis libéré à Arc-sur-Tille.

Un membre du GIGN lors d'un entraînement (illustration)
Un membre du GIGN lors d'un entraînement (illustration) © Maxppp - PHOTOPQR/LE TELEGRAMME/MAXPPP

Une affaire de prise d'otage en Côte-d'Or, révélée vendredi 20 novembre 2020. Une semaine plus tôt, vendredi 13 novembre, la gendarmerie de Mirebeau-sur-Bèze est alertée : un homme a été enlevé, il est retenu depuis la veille par plusieurs personnes. Les ravisseurs demandent même une rançon de 7000 euros pour le libérer. Les enquêteurs, aidés par le GIGN, la section aérienne et le groupe cynophile, décident de leur tendre un piège en leur donnant rendez-vous à Arc-sur-Tille. Cela fonctionne :  les kidnappeurs se présentent avec l'otage, ils sont alors interpellés, l'otage lui est libéré.

Une histoire de trafic de drogue 

L'enquête "met en lumière une affaire de possible criminalité organisée sur fond de trafic de produits stupéfiants", indique le Parquet de Dijon. Des perquisitions ont lieu à Chevigny-Saint-Sauveur et à Saint-Appolinaire. Les enquêteurs découvrent alors plus de 20.000 euros en liquide, des armes dont un fusil à pompe, des cagoules et plusieurs dizaines de téléphones portable. Au total, dans cette affaire, deux personnes sont mises en examen et placées en détention provisoire dans le cadre d'une information judiciaire "pour enlèvement et séquestration en bande organisée, blanchiment, association de malfaiteurs et extorsion en bande organisée".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess