Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Côtes d'Armor : entre 3000 et 6000 tonnes d'ammonitrates transitent par le port de Saint-Brieuc chaque année

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Présenté comme l'origine des explosions à Beyrouth, le nitrate d'ammonium est principalement employé comme engrais "azoté" pour un usage agricole. Le Légué à Saint-Brieuc est un port de déchargement d'amonitrates. Une association a été créée récemment pour dénoncer ce trafic.

Le port de commerce de Saint-Brieuc où sont débarquées les cargaisons d'amonitrates
Le port de commerce de Saint-Brieuc où sont débarquées les cargaisons d'amonitrates © Radio France - Johan Moison

Un cargo avec 3000 tonnes d'ammonitrates a débarqué sa cargaison à Saint-Brieuc, dans la partie port de commerce, il y a une quinzaine de jours, un autre est attendu dans deux ou trois semaines. En général, un à deux bateaux par an déchargent des sacs d'amonitrates ici.  Ils sont ensuite acheminés par camions vers des entreprises d'agroalimentaires à Lamballe et Plouagat. 

Débarquement de la cargaison sous haute surveillance

Le déchargement dure en moyenne deux jours, très encadré, très  surveillé. Trois paquets de 200 tonnes d'amonitrates peuvent être stockés quelques heures sur les quais mais seulement la nuit et jamais dans un hangar

Risque industriel

Avec ce trafic, le port du Légué figure parmi les lieux présentant un risque industriel dans les Côtes d'Armor. "En cas d'explosion, les effets sur l'homme sont mortels dans un rayon de 590 mètres autour du quai de déchargement des ammonitrates", peut-on lire sur des documents de la préfecture. "Une explosion produirait un flux thermique et une onde de surpression qui affecterait le quartier de Saint-Laurent de la mer à Plérin", de l'autre côté de la rive. L'association "Sauvons la baie de saint-Brieuc", a été créée en début d'année pour alerter la population sur ce danger. "Les drames d'AZF, de Lubrizol ou de Beyrouth, ne servent-ils pas d'exemples pour que cesse notre mise en danger ? Va-t-on attendre qu'une catastrophe fasse des milliers de victimes sur notre territoire ?", s'interroge André Ollivro, son président. "Non au trafic d'amonitrates au Légué !", tonne-t-il. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess