Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Côtes d'Armor : l'auteur de la vidéo violente n'a pas été identifié

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

L'enquête se poursuit après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo sur laquelle on voit une jeune femme violemment frappée par un homme. La scène se serait déroulée pendant le confinement. Auditionnée, la victime ne souhaite pas porter plainte.

Capture écran
Capture écran

"Ce n'est _pas une mise en scène_, il s'agit bien d'une agression !", précise Christine Le Crom, la procureur de Saint-Malo. Depuis quelques jours, une vidéo amateur violente, tournée à Dinan dans les Côtes d'Armor, est partagée massivement sur les réseaux sociaux. Son auteur est toujours recherché.   

Sur cette vidéo de 45 secondes, on voit un jeune homme gifler violemment une jeune femme à huit reprises, vraisemblablement dans un garage ou un parking souterrain. La victime lui demande de s'arrêter mais il continue. 

Les faits se seraient déroulés pendant le confinement, explique la procureur. 

Pas de plainte de la victime

Si l'auteur reste pour l'instant inconnu, les deux jeunes qui apparaissent sur les images, eux, ont été identifiés Ils sont âgés de 18 et 21 ans. "Ils se connaissent mais ne sont ni conjoints, ni concubins, ils n'ont pas de relation amoureuse", ajoute la procureur.

La jeune femme a été entendue, "elle ne souhaite pas porter plainte". Elle a également été "examinée par un légiste pour tenter de déterminer une incapacité totale de travail" (ITT). Si cette ITT est inférieure à huit jours, c'est une contravention, si elle est supérieure à huit jours, il s'agit d'un délit. 

L'agresseur va également être auditionné très prochainement.  Ce dernier est la cible de centaines de menaces sur les réseaux sociaux. Son adresse présumée a même été diffusée. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu