Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

EN IMAGES - Coulée de boue à Evreux : les riverains ne peuvent toujours pas rentrer chez eux

mardi 21 novembre 2017 à 17:44 Par Laurent Philippot, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

Après la rupture d'une canalisation d'eau samedi après-midi à Évreux, une coulée de boue a dévalé les coteaux de Saint Michel, plusieurs maisons et un immeuble ont été endommagés. Une trentaine de locataires a été évacuée. Des experts se sont rendus sur place ce mardi pour évaluer les dégâts.

La coulée de boue a dévalé les coteaux de Saint Michel et dévasté plusieurs habitations
La coulée de boue a dévalé les coteaux de Saint Michel et dévasté plusieurs habitations © Radio France - Laurent Philippot

Évreux, France

C'est une rupture de canalisation qui est à l'origine du sinistre. Une canalisation d'eau de vingt centimètres a été percée par une pelleteuse sur un chantier de terrassement d'une maison individuelle sur les hauteurs du quartier de Saint Michel. "L'eau a coulé pendant trois bonnes heures" raconte un riverain. Et trois jours après, seul un propriétaire d'une maison individuelle de la rue David, Gérard, a été autorisé à rentrer chez lui avec sa femme après avoir passé une nuit à l'hôtel.

Jusqu'à un mètre trente de boue au pied de l'immeuble qui jouxte le jardin de Gérard - Radio France
Jusqu'à un mètre trente de boue au pied de l'immeuble qui jouxte le jardin de Gérard © Radio France - Laurent Philippot

29 riverains évacués, essentiellement les habitants de l'immeuble 33-35 rue David

Ce mardi, nombreuses sont les voitures qui ralentissent ou s'arrêtent devant l'immeuble pour mesurer l'ampleur de dégâts. "C'était la balade du week-end" s'amuse Gérard, qui, devant la porte de sa maison, attend l'expert. Avec ses fils, avec les voisins, il a essayé pendant tout le week-end d'enlever le maximum de boue qui s'est infiltrée partout dans son coquet pavillon. Sa voisine, Valérie, a elle quitté son maison, elle a laissé les clés à Gérard pour faire visiter le logement aux experts.

Malgré tout ce qui a été enlevé, au seau, il reste encore beaucoup de boue dans la maison de Valérie. L'armoire à laquelle elle tenait a été sauvée par les voisins - Radio France
Malgré tout ce qui a été enlevé, au seau, il reste encore beaucoup de boue dans la maison de Valérie. L'armoire à laquelle elle tenait a été sauvée par les voisins © Radio France - Laurent Philippot

Au moins sept mois de travaux pour remettre les appartements en état

Dans l'immeuble, Johnny Lemesle, peintre, a été dépêché avec deux de ses salariés pour remettre les appartements en état par le propriétaire. Le jeune homme le reconnaît, il n'a jamais vu ça et a plus le sentiment d'être maçon que peintre. Des fenêtres ont été cassées par la force du flux de boue, des appareils de chauffage sont endommagés.

Les ouvriers sont au travail dans la chambre de cet appartement, situé au premier étage de l'immeuble - Radio France
Les ouvriers sont au travail dans la chambre de cet appartement, situé au premier étage de l'immeuble © Radio France - Laurent Philippot

Y'a beaucoup de boulot, je pense qu'on en a jusqu'au printemps. Quatre appartements sont ravagés, une quinzaine de fenêtres cassées, sans compter les travaux de maçonnerie à l'extérieur - Johnny Lemesle

La cour de l'immeuble, qui permet d'accèder aux garages, sera inacessible pendant encore plusieurs jours - Radio France
La cour de l'immeuble, qui permet d'accèder aux garages, sera inacessible pendant encore plusieurs jours © Radio France - Laurent Philippot

Un premier rapport du BRGM se veut rassurant

Dès samedi, l'adjoint au maire en charge de la sécurité, Nicolas Gavard-Gongallud, s'est rendu sur place. Une réunion s'est tenue lundi en mairie pour faire le point sur les relogements. Ce mardi, la mairie, à la demande des riverains, a mandaté un expert afin qu'il s'assure de l'intégrité des bâtiments. Selon l'architecte qui est passé sur les lieux, "il n'y a pas de problèmes de structures". Le Bureau de Recherches Géologiques et Minières quant à lui a fait une première expertise lundi pour s'assurer de la stabilité de la colline.

Il n'y a pas de crainte à avoir sur la structure. Il faut maintenant attendre l'assèchement de la terre et du calcaire - Nicolas Gavard-Gongallud

Dans une dizaine de jours, le BRGM fera de nouvelles mesures. La mairie va désormais chercher à établir les responsabilités dans ce sinistre, qui a mobilisé des pompiers, du personnel et qui a obligé 29 riverains à quitter leur logement sans connaître, pour l'instant, une date possible de retour chez eux.