Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Christophe Counil, adjoint au maire du Mans, condamné pour diffamation

-
Par , France Bleu Maine

Le tribunal du Mans condamne Christophe Counil, adjoint au maire du Mans, à une amende de 800€ avec sursis pour diffamation publique envers la députée socialiste Marietta Karamanli à la fin de la campagne du second tour des élections municipales. L'élu doit verser 1.000€ de dommages et intérêts.

L'affaire a été jugée le 14 septembre devant le tribunal correctionnel du Mans.
L'affaire a été jugée le 14 septembre devant le tribunal correctionnel du Mans. © Radio France - Bertrand Hochet

Le tribunal correctionnel du Mans a rendu sa décision dans l'affaire qui oppose deux élus sarthois. La députée socialiste Marietta Karamanli - qualifiée pour le second tour des élections municipales au Mans face à Stéphane Le Foll -  avait cité à comparaître l’adjoint au maire, Christophe Counil, soutien de ce dernier, pour diffamation publique. Elle estimait que les posts qu'il avait diffusés sur les réseaux sociaux le mercredi précédent le second tour des élections municipales de 2020, l'accusant de faire campagne avec des moyens de l'Assemblée Nationale et du Conseil départemental, avaient porté atteinte à son image et lui avait fait perdre des voix. L'audience a eu lieu le 14 septembre 2020 au Mans.

800€ d'amende avec sursis

Ce lundi 28 septembre 2020, la justice condamne Christophe Counil à 800€ d'amende avec sursis (c'est à dire que l'élu n'a pas à verser cette somme sauf s'il recommence d'ici cinq ans). "C'est une sorte de rappel à l'ordre pour que ce genre de chose ne se reproduise pas", a résumé la présidente après avoir énoncé le jugement. L'adjoint au maire du Mans, présent à la barre pour prendre connaissance de la décision doit, par ailleurs, verser 1.000€ de dommages et intérêts

Christophe Counil fait appel 

Le dossier toutefois n'est pas refermé. Christophe Counil annonce qu'il conteste cette décision en faisant appel. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une erreur reconnue mais pas d'excuses publiques 

Au cours de l’audience, lundi 14 septembre 2020, l’actuel adjoint de Stéphane Le Foll chargé de l’urbanisme, avait reconnu une erreur. Dans ses messages, postés sur les réseaux sociaux Twitter et Facebook, à 72 heures du second tour des élections municipales, l’élu accusait Marietta Karamanli d’avoir envoyé des tracts aux électeurs manceaux en utilisant des enveloppes et des moyens d’affranchissement de l’Assemblée Nationale et du Conseil départemental. Christophe Counil avait retiré ses posts quelques heures après leur publication. Mais il n’avait pas formulé d’excuses publiques sur ces mêmes réseaux sociaux. C’est Stéphane Le Foll en personne qui lui avait demandé de garder le silence, avait-il indiqué à la barre du tribunal.
 

Une querelle entre deux anciens compagnons de route

Après la mort, en cours de mandat, de Jean-Claude Boulard (fin mai 2018), Marietta Karamanli et Christophe Counil avaient formé un « ticket », dans le but de lui succéder à la mairie du Mans. Mais finalement c’est Stéphane Le Foll qui avait été désigné, d’une courte tête, par les militants socialistes pour se porter candidat devant le conseil municipal (12 voix contre 9). 

ARCHIVE : deux anciens compagnons de route politique face à face au tribunal 

Lorsqu’à la fin de l’année 2019, la désignation de la tête de liste pour les élections municipales de 2020 s’est posée, Christophe Counil et Marietta Karamanli n’ont pas renouvelé leur proposition de binôme. Le premier s’est rangé derrière Stéphane Le Foll, désigné plus tard tête de liste par les militants socialistes. La seconde a constitué sa propre liste. « Je pense que je paye ce que Marietta Karamanli a ressenti comme une trahison de ma part », avait indiqué Christophe Counil au cours du procès le 14 septembre 2020. Finalement, Stéphane Le Foll et Martietta Karamanli s’étaient retrouvés face à face au second tour des municipales au Mans. L’ancien porte-parole du gouvernement sous François Hollande l’avait largement emporté face à la députée 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess