Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coup de feu dans le centre bourg de Lacq pour un malentendu

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Béarn Bigorre

Un Lacquois de 31 ans a ouvert le feu sur une voiture dans la nuit de mercredi à jeudi. Des jeunes faisaient du bruit devant un distributeur de boissons et de chips. C'est le patron de la supérette.

le distributeur de boissons dans le centre de Lacq
le distributeur de boissons dans le centre de Lacq

Le commerçant qui tient l'épicerie/tabac/presse "Vival" sur la route de Bayonne est soupçonné d'avoir ouvert le feu entre 1h et 2h du matin dans la nuit de mercredi à jeudi, sur deux jeunes qui faisaient du bruit devant son distributeur de biscuit et de soda extérieur. Sans les atteindre heureusement. D'autant plus qu'il s'est mépris sur les intentions des deux jeunes.

Un coup de feu sur un malentendu

Il croyait que les deux jeunes étaient en train de tenter de forcer le distributeur. En fait ils le secouaient pour faire tomber un paquet de chips qu'ils avaient payé. Le commercant n'a pas pris le temps de se renseigner. Il a pris sa carabine 22 long riffle. Et il a tiré sur la voiture des deux jeunes.

Il n'a blessé personne donc, mais il a quand même fait tomber la vitre arrière. C'est après qu'il a engagé le dialogue. Les jeunes ont expliqué qu'il secouait la machine en fait. Le commerçant les a crus et a même remboursé les deux euros du paquet de chips . Les jeunes ont même raconté aux gendarmes que le patron de la supérette leur a proposé 100 euros pour remplacer la lunette arrière.

"Mon client n'est pas un justicier" — L'avocate Maitre Isabelle Casau

L'avocate du commerçant, Me Isabelle Casau

Le commerçant a été remis en liberté ce vendredi. Il sera jugé le 30 juin pour violence avec arme.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess