Faits divers – Justice

Coup de feu à Saint-Georges : "J'entends des boums dans ma tête", témoigne un adolescent

Par Martin Cotta, France Bleu Périgord jeudi 3 juillet 2014 à 18:46

Le palais de Justice de Périgueux (illustration).
Le palais de Justice de Périgueux (illustration). © CC-BY-SA Père Igor via WMC

Un homme de 29 ans a été condamné à quatre mois de prison ferme plus 4 mois avec sursis après avoir tiré à coup de fusil de chasse dans le square près de l'église Saint-Georges à Périgueux dans la nuit de mardi à mercredi.

Trois adolescents de Périgueux ont eu certainement la peur de leur vie. Lorsque dans la nuit de mardi à mercredi un Sarladais de 29 ans a tiré sur eux avec un fusil de chasse aux alentours d'une heure du matin. Pas une nuit ne passe sans que Tristan, 15 ans ne se remémore le moment où le tireur a fait feu dans le square : "J'arrive à dormir mais c'est compliqué. Je me couche tard, j'entends des boums et tout dans ma tête, des coups de feux, c'est bizarre ", explique l'adolescent.

Et Tristan a eu de la chance : la balle est passée entre lui et un de ses copains avant de finir dans un mur. Des éclats de plombs ont été retrouvés au pied d'une haie qui jouxte le square :"Quand on a su qu'il avait tiré avec un fusil, avec des balles de Chevrotine, directement on s'est regardé partout pour voir si on avait pas des impacts de plomb. On a eu trop de chance même."

"On s'est regardé partout pour voir si on avait pas des impacts de plomb." — Tristan un des adolescents agressés

Pourtant le tireur est passé deux fois devant les ados avant de tirer. Et vu l'accoutrement de leur agresseur Vince se demande encore pourquoi ils n'ont pas pris la fuite : "déjà il avait des bandes fluorescentes sur son pantalon. On pensait que c'était quelqu'un de l'école de police juste à côté ".

Aujourd'hui l'adolescent peut compter sur le soutien de sa maman Marie-Victoire :"Depuis que c'est arrivé il en parle beaucoup et il a vraiement peur. On prend le temps d'en parler avec lui ". Pour cette maman de 35 ans la sanction n'est pas assez lourde envers l'agresseur. Une question taraude aujourd'hui les adolescents : pourront-ils de nouveau traîner au square lorsque le tireur sera sorti de prison ?

Le sarladais de 29 ans, condamné à huit mois de prison dont 4 fermes devra en plus verser 700 euros à deux familles sur les trois présentes à l'audience. L'homme est dans le même temps obligé de se faire soigner car il est dépendant à la cocaïne.

Les trois adolescents essaient désormais d'oublier