Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Couple de policiers morts en Corrèze : la femme a succombé à un coup de maillet reçu à la tête

mercredi 25 avril 2018 à 18:28 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

Cinq mois après la mort d'un couple de policiers à Saint-Jal, en Corrèze, les procédures touchent à leur fin. L'enquête vient de permettre d'établir que la femme de 44 ans est décédée des suites d'un coup de maillet reçu à la tête. Le mari s'est lui suicidé dans les heures suivantes.

Les policiers étaient affectés au commissariat de Tulle
Les policiers étaient affectés au commissariat de Tulle - capture écran google Street View

Tulle, France

L'enquête est terminée, et les procédures seront prochainement closes, après la mort d'un couple de policiers affectés au commissariat de Tulle, mi-novembre dernier. Si on savait déjà que l'homme de 55 ans s'est suicidé sous les yeux de deux de ses collègues à son domicile de Saint-Jal le 12 novembre, on ignorait toujours de quoi était précisément morte sa femme à l'hôpital de Limoges la veille, le 11 novembre. L'enquête et les investigations techniques et scientifiques ont permis de le déterminer.

La femme de 44 ans a succombé des suites d'un violent coup reçu à la tête, porté avec un maillet avec une tête en plastique. Cela a été mis en évidence par un travail de fourmi des enquêteurs. Ils ont scanné la maison du couple du sol au plafond avec un révélateur de sang pour trouver le moindre petit indice. Et la seule minuscule trace découverte l'a été sur un oreiller dans une chambre de la maison. C'est là que les enquêteurs ont donc concentré leurs recherches pour s'intéresser ensuite à une caisse à outils entreposée dans cette même pièce. A l'intérieur, le maillet a attiré leur attention et une "infime trace de sang de madame", selon le parquet de Tulle, a pu être localisée. L'ADN de monsieur a lui été confirmé sur le manche de l'outil.

Prochaine extinction de l'action publique

Le parquet ne s'est en revanche pas étendu sur le contexte dans lequel tout cela s'est déroulé, mais on sait que le couple entretenait une relation passionnelle et fusionnelle. La scène remonte avant le 10 novembre en début d'après-midi quand les secours sont appelés par l'homme qui n'arrive pas à réveiller sa femme. Prise en charge, elle est amenée, dans le coma, à l'hôpital de Tulle puis à celui de Limoges où elle décède le 11 novembre en début de soirée des suites "d'un hématome sous dural à gauche de la tête" dans la boite crânienne. Lui se donne la mort le lendemain, le 12 novembre en fin d'après-midi, avec son arme de service alors que deux collègues viennent lui rendre à son domicile. A la suite de cette enquête, le parquet devrait prendre des conclusions d'extinction de l'action publique puisque les deux protagonistes sont décédés. Cela a été annoncé cette semaine aux familles et aux policiers du commissariat de Tulle.