Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Coups de feu à Metz Bellecroix : 3 des 5 accusés acquittés

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Dans l'affaire des coups de feu à Metz Bellecroix en juin 2015, la Cour d'Assises de la Moselle a, ce vendredi, jugé non coupable de complicité de tentative d'assassinat 3 des 5 accusés. Le tireur et le conducteur écopent de 13 et 10 ans de prison. Le conducteur fait appel de sa condamnation.

La Cour d'Assises de la Moselle
La Cour d'Assises de la Moselle © Radio France - Cécile Soulé

Metz, France

Dans l'affaire des coups de feu à Metz Bellecroix, en juin 2015, le verdict est tombé ce vendredi après-midi. 2 cousins avaient été blessés, dont un grièvement, par des tirs provenant d'une voiture, alors qu'ils rentraient chez eux. Les 5 occupants de la voiture, âgés de 22 à 37 ans étaient jugés depuis lundi. La cour d'assises de la Moselle a condamné le tireur à 13 ans de réclusion criminelle pour tentative d'assassinat, le conducteur à 10 ans d'emprisonnement pour complicité de tentative d'assassinat. 

Ils gardent malgré tout une responsabilité morale

Deux autres accusés sont acquittés et le 5e est partiellement acquitté. Il est condamné à 6 mois de prison pour avoir caché l'arme, un fusil à canon scié.  "Ils gardent malgré tout un responsabilité morale", selon la Présidente de la Cour d'Assies, Anne Cazals mais pour Me Virginie Weber, l'avocat de celui qui est partiellement acquitté, c'est un "soulagement" et "une grande satisfaction".  "Ce n'est pas parce qu'on monte avec quelqu'un dans une voiture qu'on est coupable", avait-elle avancé jeudi dans sa plaidoirie.

Le conducteur, qui a vivement contesté sa condamnation, fait appel 

Les jurés n'ont pas cru à la version du tireur qui accusait ses anciens amis de l'avoir poussé à se venger après une bagarre. S'il s'était vengé et avait tiré, "c'était pour ne pas décevoir ses copains, ce sont eux qui l'ont poussé, il y a eu un effet d'entrainement" affirmait son avocat, Me Jean-Christophe Duchet. Pour l'avocat des 2 cousins, Me Cédric Demagny, l'essentiel est qu'ils aient été "reconnus comme victimes". Mais il va y avoir un nouveau procès dans cette affaire. L'avocat du conducteur de la voiture, qui a vivement contesté sa condamnation au moment du verdit, va dores et déjà faire appel.

Les avocats de 4 des 5 accusés réclamaient l'acquittement, estimant qu'il n'y avait aucun élément dans le dossier prouvant qu'ils avaient planifié la mort des deux victimes..  "La seule question que vous devez vous posez, leur avait lancé le défenseur du conducteur de la voiture, Me Martial Gagneux, c'est "avaient-ils l'intention de tuer?" Jeudi matin, l'avocate générale, Brigitte Armand-Colette, avait requis 15 ans de prison pour le tireur présumé, 12 ans pour le conducteur du véhicule et 10 ans pour les 3 autres.

Choix de la station

France Bleu