Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Coups de feu à Besançon : "un acte intolérable" pour le maire, la droite propose un couvre-feu

-
Par , , France Bleu Besançon

Après les coups de feu tirés dans le quartier de Planoise à Besançon ce mercredi soir, les réactions politiques se multiplient. Le maire dénonce "un acte intolérable" et la droite propose l'instauration d'un couvre-feu.

Les tirs ont fait trois blessés hier dans le quartier de Planoise à Besançon
Les tirs ont fait trois blessés hier dans le quartier de Planoise à Besançon © Radio France - Marc Bertrand

Besançon, France

Une quinzaine de coups de feu ont été tirés dans le quartier de Planoise à Besançon ce mercredi soir. Trois personnes sont blessées, dont deux dans un état grave. Depuis, les réactions politiques se multiplient, à moins de trois mois des élections municipales. Voici les communiqués et écrits de certains élus et/ou candidats à la mairie de Besançon.

Un acte intolérable !" - Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon

Dans un communiqué, le maire LREM de Besançon, Jean-Louis Fousseret, dénonce "un acte intolérable" et apporte son "soutien total aux habitants de ce quartier." Il rappelle les mesures mises en place dans le quartier, pour la reconquête républicaine et la rénovation urbaine. Jean-Louis Fousseret emploie ces  mots : "Ces mesures que je porte bénéficieront aux habitants qui ne peuvent être victimes des agissements d'une poignée de criminels inconscients."

Instaurer un couvre-feu ?

Le sénateur Jacques Grosperrin (LR), également conseiller municipal, pose la question d'un couvre-feu dans le quartier. Pour lui, "ces situations dramatiques et préoccupantes qui impliquent des jeunes adolescents et des enfants nous incitent à franchir un pas de plus : il nous faut réfléchir à la mise en place d'un couvre-feu. J'appelle l'ensemble des politiques, au-delà de toute posture politicienne, à agir de concert pour trouver les moyens de résorber ce fléau qui nous touche tous".

Les candidats aux municipales réagissent

Pour Jean-Philippe Allenbach, candidat régionaliste : "On ne saurait tolérer plus longtemps que 5 % des habitants d’un quartier puissent pourrir la vie des autres 95 %  qui, eux, voudraient tout simplement pouvoir vivre  dans leur quartier toute tranquillité, tout comme on vit au centre-ville." Le chef de file du Mouvement Franche-Comté propose "un programme choc" pour le quartier et donne des exemples de mesures sécuritaires :  "armer et  tripler les effectifs de la police municipale (...), ouvrir le commissariat de Planoise 24h/24, intensifier la vidéosurveillance avec un centre d’observation 24H/24, garantir un délai d’intervention de la police de vingt minutes maximum".

Dès mercredi soir, Anne Vignot, la candidate écologiste et tête de la liste "Besançon par nature", a apporté son soutien aux habitants du quartier de Planoise.

Le candidat Les Républicains, Ludovic Fagaut, a lui aussi réaffirmé sa position. 

La tête de liste du Rassemblement National, Jacques Ricciardetti, a également tweeté. 

Le chef de file du mouvement Bisontines Bisontins, Karim Bouhassoun, refuse lui de rentrer dans une "surenchère" :

En début d'après-midi, le député LREM Éric Alauzet a réagi à son tour. Il dit s'être rendu sur place à Planoise ce jeudi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu