Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Coups de feu mortels dans le quartier de la Devéze à Béziers

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Un homme a trouvé la mort mardi en fin d’après-midi à Béziers. La victime connue de la justice ne serait pas celle qui était initialement visée, d'après nos informations. Un possible règlement de comptes entre bandes rivales. "On n'en serait pas là si l'Etat faisait son travail", dit Robert Ménard.

Commissariat de Béziers
Commissariat de Béziers © Radio France - Stéfane Pocher

Béziers, France

Voilà qui ressemble fort à un règlement de comptes entre bandes rivales à Béziers. Un homme de 27 ans est décédé par balles dans le quartier de la Devéze vers 18h30 ce mardi 16 juillet. La victime était défavorablement connue de la justice pour des affaires de stupéfiants. Les circonstances sont encore très floues. D'après certains témoins, cet homme se trouvait dans sa voiture, rue Jean-Franco, quand des coups de feu ont été tirés. D'autres affirment au contraire qu'il était à pieds. 

Le parquet ne confirme pas ces témoignages et reste très discret en raison de l'enquête. Dans un communiqué, le vice-procureur de la République Jean-Philippe Rey précise qu'une enquête en flagrance est ouverte pour assassinat et tentative d’assassinat. Plusieurs personnes sont actuellement en garde à vue. Il pourrait s'agir des personnes qui ont accompagné la victime aux urgences de Béziers.

D'après nos informations, la victime n'était pas celle qui était visée. Et cette fusillade serait la conséquence d'échanges de coups de feu vendredi dernier dans le quartier.

Quatre à cinq tirs de petit calibre, d'après des témoins

Les tirs proviennent d'une voiture. Quatre à cinq coups de feu ont été entendus. Une autopsie devrait être réalisée. L'enquête a été confiée au SRPJ de Montpellier. Il s'agit de déterminer l'exact déroulement des faits, les motivations des gardés à vue et les responsabilités qui pourraient en découler.

C'est la toute première fois qu'un homme décède dans ce quartier suite à un règlement de comptse. Le premier par balle depuis l'élection de Robert Ménard

"On n'en serait pas là si l'Etat se donnait les moyens, selon le maire de Béziers. Il y a un désengagement des pouvoirs publics. Les policiers n'ont plus les moyens nécessaires pour intervenir dans les quartiers difficiles. Des petites crapules pourrissent la vie des habitants. Dans certains lieux, notre police municipale se fait caillasser. Nous ne pouvons plus y mettre les pieds en toute sécurité."

La devèze, un quartier de non-droit dit le maire Robert Ménard

Ce règlement de comptes ne rassure pas les syndicats de police comme Alliance, qui déplorent depuis des années le manque de moyens. C'est la première fois à Béziers qu'une fusillade fait un mort. "Il y en aura d'autres" déplore Ghislain Marty, un des représentants du syndicat Alliance Police dans l'Hérault. _'_Il faut une réponse pénale pour éviter que ce renouvelle ce genre."

Alliance demande depuis des années que les moyens soient renforcés. 

"Je suis entré dans la police en 1996. Quand j'étais à la BAC, il y avait cinq équipes de cinq agents. Aujourd'hui il y a trois équipes de cinq. Nous avons perdu 10 agents. C'est en constante diminution. Vous ne pouvez pas contrôler et intervenir de la même façon", explique Ghislain Marty.

"Nous ne sommes pas à l'abri de représailles "dit Ghislain Marty, un des responsables du syndicat Alliance Police dans l'Hérault

"Nous ne sommes peut-être pas à Marseille, mais ces règlements de compte sont de plus en plus nombreux. Ce drame à Béziers s'est déroulé en fin de journée, à une heure où tout le monde est dehors. Il aurait pu avoir d'autres victimes."

"La nuit dernière a été calme, mais on peut aussi s'inquiéter d'éventuelles représailles. C'est évident, poursuit le syndicaliste. Comme dans toutes les grandes métropoles il peut y avoir des répercussions surtout quand il y a un enjeu financier. Et vous avez aujourd'hui une arme qui est en circulation. Cette arme de poing peut se retourner également contre des policiers un jour ou l'autre."