Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Coupure de réseaux téléphoniques en Haute-Loire : la CGT revendique le vandalisme d'un coffret électrique

vendredi 6 mai 2016 à 11:54 - Mis à jour le vendredi 6 mai 2016 à 14:51 Par , France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Action peu commune. La CGT Énergie de Haute-Loire revendique le vandalisme d'un coffret électrique à Brive-Charensac (Haute-Loire) mardi dernier.

Pas de téléphone, ni d'internet pendant 9 heures mardi dans le bassin ponot
Pas de téléphone, ni d'internet pendant 9 heures mardi dans le bassin ponot

Brives-Charensac, France

Plusieurs milliers d'Altiligériens se sont retrouvés pendant plusieurs heures sans réseaux téléphoniques Bouygues et SFR. L'après-midi même, la police technique et scientifique s'est rendue sur place. Quelques jours plus tard, mercredi 4 mai, la CGT a envoyé un communiqué pour revendiquer cet acte de malveillance qui a entraîné neuf heures de panne où il n'y avait plus de réseau mobile, plus de ligne fixe, plus d'Internet. Deux câbles ont en effet été sectionnés.

Un sabotage

Il s'agit d'un sabotage pour se faire entendre contre la loi travail et contre la privatisation et le démantèlement des entreprises de service public comme EDF, avec à la clé, le risque de suppression d'emplois. Pas de dialogue dénonce la CGT, une désinformation du public. Visiblement, manifester dans la rue ne suffit pas donc la CGT Énergie a décidé de couper les fils. Un acte que "ne condamne ni ne soutien" le Secrétaire Général de l'Union Départementale CGT de Haute Loire, Pierre Marsein. Le syndicat qui se demande aujourd'hui s'il n'est pas allé trop loin. La police technique et scientifique s'est rendue sur place, des poursuites judiciaires ne sont pas à exclure.

  - Aucun(e)
-