Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Cour d'appel d'Orléans : jusqu'à 3 ans de prison ferme pour avoir renversé des policiers

-
Par , France Bleu Orléans
Rue de la Bretonnerie, Orléans, France

La cour d'appel d'Orléans a été plus sévère que le tribunal correctionnel, dans l'affaire des policiers renversés en octobre dernier près du pont Thinat. Mardi les deux principaux protagonistes, dont celui qui avait foncé en voiture sur les jambes d'un agent, ont écopé de trois ans de prison ferme.

Le jugement avait été mis en délibéré au 16 février à la cour d'appel d'Orléans.
Le jugement avait été mis en délibéré au 16 février à la cour d'appel d'Orléans. © Radio France - Luc Barre - France Bleu Orléans

On ne touche pas aux forces de l'ordre ! C'est le message qu'a voulu faire passer la Cour d'appel d'Orléans ce mardi, en condamnant trois jeunes hommes coupables d'avoir forcé un barrage de police, à des peines plus lourdes qu'en première instance. France Bleu Orléans vous avait déjà parlé de l'affaire. Le 16 octobre dernier à Orléans, les chauffards âgé de 25 à 28ans venaient de voler une voiture. Arrivés au niveau du rond-point Bourgogne, juste avant le pont René Thinat, des policiers leur font signe de s'arrêter pour procéder à un contrôle. Les jeunes paniquent et le conducteur décide de foncer délibérément sur les agents. Dans le choc un policier se retrouve coincé entre sa portière et le véhicule suspect, il devra être hospitalisé pour d'importantes blessures aux jambes et à la hanche. Une de ses collègues prendra elle une portière dans la tête. Finalement interpellés, les prévenus se disent eux victimes de la violence des autorités. Le 19 janvier dernier lors du procès au tribunal correctionnel d'Orléans, auquel s'était rendu France Bleu Orléans, ils écopent de peines allant de six mois à deux ans de prison ferme.

Ecoutez le résumé du premier procès, par Anne Oger

"Les victimes sont toujours très marquées"

Après le procès ce sont les jeunes eux-même qui font appel de la décision, mal leur en a pris ! Ce mardi 16 février, la cour d'appel d'Orléans alourdit les peines : trois ans de prison ferme pour le conducteur et son principal complice, au lieu de deux ans lors du premier jugement. Quant au troisième larron, il prend un an de prison ferme au lieu de six mois. Selon l'avocate des parties civiles, Maître Caroline Le Meur, ce jugement rappelle une nouvelle fois que : "les actions contre les forces de l'ordre (sont) condamnées fermement". Elle précise aussi que "les victimes sont toujours très marquées" par ce qui s'est passé.

Ecoutez l'avocate des policiers, Caroline Le Meur

"Ce jugement détermine la position de la justice vis-à-vis des agresseurs de policiers."

Autre personne satisfaite par cette décision de la cour d'appel, Bruno Berger, porte-parole du syndicat "Alliance-Police" dans le Loiret. Pour lui ce jugement "détermine la position de la justice vis-à-vis des agresseurs de policiers". Après le premier procès, les syndicats trouvaient les peines trop faibles, compte-tenu de la gravité des faits. Selon FO : "au tribunal les policiers ont eu l'impression d'être encore victimes une seconde fois". Les nouvelles condamnations prononcées ce mardi sont donc pour eux un soulagement.

Ecoutez la satisfaction de Bruno Berger, du syndicat "Alliance-Police"

Les trois jeunes hommes ont donc été maintenus en détention à l'issue de l'énoncé du jugement de la cour d'appel d'Orléans mardi. En plus de leurs peines alourdies, ils ont tous les trois l'interdiction de séjourner dans le Loiret pendant deux ans. Ils devront enfin payer aux victimes la somme totale de 3 200€, au titre des dommages et intérêts.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess