Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cour d'appel de Pau : 12 mois de prison avec sursis requis contre l'ancien maire de Biarritz Didier Borotra

-
Par , France Bleu Pays Basque, France Bleu Béarn

Poursuivi pour prise illégale d’intérêt devant le Cour d'appel de Pau, Didier Borotra a plaidé la relaxe. L'ancien Sénateur maire de Biarritz est soupçonné d'avoir fait travailler sa fille pour une mission d'audit à la Cité de l’océan, alors qu'il était encore le maire de la ville.

Françoise Pautrizel , Sophie Borotra ( au centre), et son père Didier Borotra
Françoise Pautrizel , Sophie Borotra ( au centre), et son père Didier Borotra © Radio France - Paul NicolaÏ

Pau, France

La cour d'appel de Pau a pris le temps d’étudier le dossier. Plus de quatre heures d’audience afin d’examiner l'affaire qui implique Didier Borotra, sa fille Sophie ( qui dirige actuellement les halles de Pau) et Françoise Pautrizel, l'ancienne directrice de la société d’économie mixte Biarritz océan (qui regroupe le Musée de la mer et la Cité de l’océan). Didier Borotra est soupçonné d'avoir fait travailler sa fille pour une mission d'audit à la Cité de l’océan afin de comprendre pourquoi l’établissement ne marchait pas très bien. Deux missions lui ont été confiées en septembre 2013 et mars 2014 pour un montant total de 35000 euros. Sophie Borotra est poursuivie pour recel, alors que l'ancienne directrice du site, Françoise Pautrizel qui a embauché la jeune femme devait s'expliquer pour complicité. En première instance voila deux ans, le tribunal correctionnel de Bayonne avait relaxé le trio estimant que les charges n’étaient pas constituées.

L'Avocat Général tape fort

Dans son réquisitoire l'avocat général Dominique Boiron, s'est montré sans concession. Il a dénoncé entre autres "un manque de devoir de probité", "un tribunal de Bayonne qui a avalé des couleuvres", "des élus locaux du Pays Basque qui se croient tout permis" et que globalement dans cette affaire "on se moque du monde". Le ministère public a requis de lourdes sanctions. Dominique Boiron a demandé à la cour de condamner Didier Borotra  à 12 mois de prison avec sursis et 35000 euros d'amende ainsi qu'à une interdiction des droits civiques et de se présenter aux élections pendant 5 ans. 4 mois de prison avec sursis et 10000 euros d'amende ont été demandés  contre  Françoise Pautrizel et Sophie Borotra.

La défense plaide la relaxe

Pour les 3 avocats de la défense pas question de changer de stratégie. La relaxe a été plaidée comme cela avait été le cas en première instance avec le succès que l'on sait. Maitres Daniel Lalanne (pour Didier Borotra), Jean-Baptiste Bordas (pour Sophie Borotra) et Alain Astabie (pour Françoise Pautrizel) rien ne prouve que Didier Borotra était au courant de la mission de sa fille. S'appuyant sur l'absence de preuve ils demandent la confirmation de la décision de première instance. L’arrêt sera rendu le 29 août prochain.