Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cour d'appel de Riom (Puy-de-Dôme) : le frère d'Aurélien Rougerie jugé à nouveau ce jeudi pour travail dissimulé

mercredi 10 avril 2019 à 17:03 Par Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne

En première instance, Baptiste Rougerie avait écopé de 6 mois de prison avec sursis et 40 000 euros d'amende. Il avait été reconnu coupable d'avoir, entre 2013 et 2015, fourni de la main d'oeuvre pas chère à plusieurs entreprises clermontoises en tant que créateur d'une société d'intérim.

La salle d'audience à la Cour d'appel de Riom
La salle d'audience à la Cour d'appel de Riom © Radio France - Olivier Vidal

Riom, France

A la tête d'une entreprise d'intérim polonaise, Baptiste Rougerie avait été condamné en première instance en février 2018 à notamment 6 mois de prison avec sursis pour avoir exercé une activité de travail dissimulé. 

Le frère du célèbre rugbyman avait fondé une entreprise d'intérim dans laquelle il employait des salariés détachés. Il "fournissait" donc de la main d'oeuvre à bas coût. 

Des travailleurs polonais fournis à diverses sociétés clermontoises

Entre 2013 et 2015, à la tête de la société "Carrières et conseils", liquidée en 2015, il aurait fourni ainsi entre 57 et 150 travailleurs polonais à plusieurs entreprises clermontoises, spécialisées dans l'isolation par extérieur. "Le travail détaché et l'abus qui en est fait sont un vrai fléau" insiste René De Froment, de la CGT Construction. Un sentiment partagé par la CAPEB, la Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment du Puy-de-Dôme qui  alerte régulièrement les pouvoirs publics sur ce sujet sensible. "Ces entreprises d'intérim sont de vrais négriers qui exploitent la matière humaine et il y a une vraie concurrence déloyale sur les appels d'offres locaux" constate inexorablement Gilles Chatras, président de la CAPEB 63.

En première instance, en complément de sa peine de prison, Baptiste Rougerie avait écopé d'une amende de 40 000 euros et 10 ans d'interdiction de gérer une entreprise intérimaire. Le procès a lieu ce jeudi après-midi devant la cour d'appel de Riom.