Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Tué et jeté dans un puits : ouverture du procès de l'assassinat de Ger aux assises de Pau

-
Par , France Bleu Béarn, France Bleu

Christophe Boulay, 45 ans, est jugé à partir de ce lundi par la cour d'assises de Pau. Le 24 novembre 2014 il a assassiné Ahmid Abidallah de deux coups de fusil. Boulay a ensuite caché le corps dans le puits de sa maison, et repris une vie normale.

La cour de ferme où se trouve le puits où le corps a été caché
La cour de ferme où se trouve le puits où le corps a été caché © Radio France - Daniel Corsand

Ger

La cour d'Assises des Pyrénées Atlantiques juge à Pau à partir de ce lundi matin Christophe Boulay. Cet homme de 45 ans répond de l'assassinat d'Ahmid Abidallah. C'était le 24 novembre 2014 à Ger.  Le mobile de cette affaire est une dette de stupéfiants. Boulay devait de l'argent à sa victime. Il l'a abattu de deux coups de fusils de chasse. Il a caché le corps dans le puits situé dans la cour de sa maison. Il a ensuite tout fait pour "balader" les enquêteurs.  

Les sornettes de Christophe Boulay

Il a beaucoup parlé Christophe Boulay pendant l'enquête. Il a fait mine de collaborer avec les enquêteurs qui savaient que Boulay et Abidallah avaient rendez vous ce 24 novembre 2014. Boulay a dit que ce soir là, Ahmid était accompagné d'un autre homme qu'il ne connaissait pas. Il a participé à l'élaboration de portrait robot. Il a dit qu'Ahmid était sous la pression de ses fournisseurs. Il se disait même inquiet pour son ami. Il a fait mine de mener ses propres recherches. Il a mis en cause un autre homme qui a été placé en garde à vue.  Mais l’enquête s'est resserrée sur lui. Il est arreté après onze mois de mensonges.

Christophe Boulay le jour de sa mise en examen - Radio France
Christophe Boulay le jour de sa mise en examen © Radio France - Daniel Corsand

Un puits et de la chaux

Près d'un an après la disparition d'Ahmid Abidala, il est placé en garde à vue, et il avoue tout au bout de quelques heures. On l'a dit, les circonstances de ce meurtre avec préméditation sont particulièrement violentes. Et la façon dont il a caché le corps aussi. C'est un guet-apens qui a été tendu par Christophe Boulay. Il s'est procuré une arme avant de téléphoner à Ahmid Abidallah pour lui dire de venir à Ger. Ahmid interrompt sa partie de carte, emprunte la voiture de son frère et fait route vers Ger où habite Christophe Boulay. Ahmid Abidallah est accueilli par un cour de fusil de chasse dans l'épaule. Il s'écroule. Boulay va l'achever d'un tir à bout portant dans la tête

Il va cacher le corps sous une bâche. Et après la première visite des gendarmes qui enquête sur la disparition, il va prendre la décision de jeter le cadavre dans le puits situé dans la cour de cette ancienne ferme béarnaise. Boulay va jeter un sac par dessus, des cailloux, et de la chaux. Pendant 11 mois, il va continuer de vivre sans que personne de sa famille ne se doute de quelque chose.

Le procès commence à 9 heures ce  lundi matin. Il doit durer quatre jours. Verdict jeudi soir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu