Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Cour d'Assises de Moulins (Allier) : l'ex député-maire Jean Gravier jugé pour violences volontaires

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

L'ex-député de l'Allier est jugé pour avoir blessé gravement un aubergiste avec une arme à feu en 2016 à Saint-Genest. Sa victime, un homme âgé alors de 60 ans, avait reçu une balle en pleine tête. Aujourd'hui ce dernier reste lourdement handicapé.

Jean Gravier en 2016 au TGI de Cusset
Jean Gravier en 2016 au TGI de Cusset © Maxppp - Laurent Bernard

Moulins, France

Les mois précédents ce coup de feu, Jean Gravier traverse une période difficile. Ses proches le qualifient de dépressif, son épouse dit de l'ancien député qu'il n'est plus sociable.

Le 26 juillet 2016, l'ancien parlementaire consomme beaucoup d'alcool, seul à son domicile. Il consomme également des anxiolytiques et des antidépresseurs. En milieu d'après-midi il se rend dans une auberge de Saint-Genest (Allier) où il consomme deux bières avec d'autres personnes. Le tenancier ne lui servira pas de troisième boisson...
Lorsqu'il veut quitter l'établissement avec son véhicule, Jean Gravier percute une pelleteuse se trouvant sur une partie en travaux. Le tenancier vient à son aide mais le ton monte. Ce dernier décide de retourner à son auberge. C'est à ce moment que Jean Gravier lui tire une balle en pleine tête avec un pistolet de calibre 22 Long Rifle.

Une balle en pleine tête 

"Il se trouvait à une vingtaine de mètres, ce type de pistolet a une précision d'environ 7 mètres, cela montre que Jean Gravier n'a pas voulou intentionnellement blesser sa victime" explique Jean-Hubert Portejoie, avocat de l'accusé.
Depuis le début de l'affaire, l'ancien député-maire conteste avoir voulu blesser l'aubergiste. "Il a simplement voulu tirer en l'air pour montrer qu'il pouvait quitter les lieux" ajoute le conseil, qui sera aux côtés de son père Gilles-Jean Portejoie, pour défendre le sexagénaire.
Par ailleurs, une expertise psychiatrique a conclu à une "altération du discernement" le jour des faits.

La victime, elle, dont le pronostic vital était engagé, avait été transportée à l'hôpital de Clermont-Ferrand. Il y a un an, une expertise a évoqué "de très importantes séquelles futures". Selon son avocat, il reste persuadé de l'intention d'homicide de l'accusé.

Mis en examen pour "tentative de meurtre" dans un premier temps, Jean Gravier, 66 ans, comparaît finalement pour "violences volontaires ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente avec usage d'une arme". Il encourt 15 ans de prison.

Le procès doit durer deux jours et le verdict est attendu ce vendredi soir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu