Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le concierge du collège de Laruns devant la cour d'assises pour viol et agressions sexuelles sur des élèves

mercredi 14 juin 2017 à 18:50 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

Entre 2002 et 2012, le concierge de l'établissement a entretenu des relations nocives avec des collégiens. L'enquête a permis de retrouver six victimes en 10 ans. Le procès doit durer trois jours.

L'entrée de la salle des assises
L'entrée de la salle des assises © Radio France - Daniel Corsand

Laruns, France

Le procès du concierge du collège de Laruns s'ouvre devant la cour d'assises de Pau à partir de ce jeudi. Richard Yerma, 52 ans, comparait pour avoir abusé de jeunes collégiens entre 2002 et 2013. Il répond de viol sur mineur de moins de 15 ans, agressions sexuelles sur mineurs et corruption de mineurs. Dans ce dossier très délicat, on compte compte six victimes en 10 ans.

Des victimes honteuses

La perversité des liens que cet adulte a tissé avec ces jeunes garçons en font des victimes honteuses de ce qu'elle ont cédées à cet homme. À ce jour, sur les six victimes, deux seulement demandent réparation à la cour d'assises pour ce qu'elles ont subi. Il y a des faits, et notamment des scènes que l'on pourrait qualifier de viols, que l'accusé a avoué, mais que certains adolescents réfutent, par honte, par déni ou les deux à la fois. Ce qui empêche toute poursuite d'ailleurs sur quelques faits. Mais dans la multitude des actes, il y a de quoi tenir ce procès et soutenir une accusation.

Les "chouchous" du concierge

Les victimes ont été corrompues moralement par cet adulte. Ces jeunes étaient tous en difficulté, avec leurs parents ou le collège. Il les a initié au vélo. Il les a invité chez lui, dans son appartement de fonction. Ils ont regardé des films pornos. Il avait ses "chouchous" à qui il faisait des cadeaux ; une caméra gopro, du matériel cycliste, des vélos et de l'argent aussi. En échange de photos intimes d'eux ou de rapports sexuels. En cas de refus, il pouvait ainsi les menacer de révéler leur homosexualité, dans ce tout petit collège de montagne. Il n'y a pas de violence ou de contrainte physique, mais une emprise morale, plus subtile et tout aussi nocive. Les six sont des victimes honteuses, qui ne se sentent pas réellement victimes en fait. Le procès pourra peut-être leur faire comprendre que si.

Une secret bien gardé

Il y avait donc un pacte de silence entre Richard Yerma et ces adolescents. Et puis un jour, deux d'entre eux ont décidé de se venger en mettant du sucre dans le réservoir de la voiture du concierge. Celui-ci a déposé plainte à la gendarmerie. Les deux ont été arrêtés par les militaires. L'enquête a démarré quand les deux élèves ont révélé aux gendarmes le mobile de leur vengeance. Richard Yerma a été écroué après son interpellation en 2013. Le procès doit durer trois jours. Verdict lundi soir.