Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cour d'assises du Loiret : une femme, prise de remords, est jugée à sa demande

vendredi 1 juin 2018 à 12:10 Par Eric Normand et François Guéroult, France Bleu Orléans et France Bleu

Jugée à sa demande : c'est en quelque sorte l'histoire d'une femme qui comparaît ce vendredi devant la Cour d'Assises du Loiret. Elle est accusée d'avoir poussé mortellement son compagnon dans un escalier. Prise de remords, cette femme avait envoyé ses aveux à la police.

Françoise Beauperin,  jugée pour "violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner"
Françoise Beauperin, jugée pour "violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner" © Maxppp - maxppp

Orléans, France

Les faits remontent à juin 2010, à Fleury-les-Aubrais, mais faute de preuves, l'enquête avait été classée sans suite. Mais deux ans plus tard, prise de remords, cette femme a envoyé ses aveux à la police. Elle se retrouve ce vendredi matin sur le banc des accusés, jugée pour "violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner", elle comparaît libre. 

Une soirée sur fond d'alcoolisme

Ce 26 juin 2010,  Françoise Beauperin et son compagnon Guy Hauville, passent l'après-midi dans un bar de Fleury-les-Aubrais à consommer de la bière et du pastis. Le couple vit alors dans une certaine marginalité sur fond d'alcoolisme. La soirée se prolonge chez un ami, puis chez un autre, dans un immeuble près de la gare, quand une querelle éclate, liée à une jalousie amoureuse. Le couple finit par partir, Guy Hauville chute dans la cage d'escalier. Traumatisme crânien, l'homme décède 10 jours plus tard.

Une affaire classée sans suite en 2010

Très vite, la police soupçonne Françoise Beauperin d'avoir poussé son compagnon, mais celle-ci nie et l'autopsie révèle que l'homme avait au moment de la chute un taux d'alcool de 4 grammes par litre de sang. Avec un taux aussi élevé, il suffit d'un rien pour provoquer une chute, et ça ne laisse aucune trace. Faute de preuve, l'affaire est donc classée sans suite en août 2010, jusqu'à ce rebondissement deux ans plus tard.

Françoise Beauperin passe aux aveux

Alors qu'elle est incarcérée dans le cadre d'une autre affaire, Françoise Beauperin écrit à la police pour reconnaître qu'elle a poussé son compagnon : "Je l'ai tué, mais ce n'était pas volontaire", explique-t-elle, dans une démarche qui, selon ses psychologues, s'apparente à un désir de prouver qu'elle est capable de payer ses dettes - depuis qu'elle a subi des cures de désintoxication.

Le procès de Françoise Beauperin est prévu sur deux jours, vendredi 1er juin et lundi 4 juin.