Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cour d'Assises du Pas-de-Calais : le calvaire de la petite Ambre, morte à six semaines

mercredi 30 mai 2018 à 5:06 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord et France Bleu

Trois jours de procès pour essayer de comprendre la courte vie d'Ambre. Les parents de cette enfant comparaissent devant la cour d’Assises du Pas-de-Calais, à partir de ce mercredi, à Saint-Omer. Lui est poursuivi pour «violences volontaires» ; elle pour avoir laissé faire son concubin.

Le procès du calvaire de la petite Ambre va durer trois jours devant la cour d'Assises du Pas-de-Calais.
Le procès du calvaire de la petite Ambre va durer trois jours devant la cour d'Assises du Pas-de-Calais. © Maxppp - Pascal Bonniere

Saint-Omer

En mai 2015, à saint-Omer, l’enquête commence par une suspicion de syndrome du bébé secoué. Mais alors qu’ils tentent de sauver l’enfant, les médecins de Lille comprennent qu’Ambre est en fait victime de violences répétées, depuis sa naissance, six semaines plus tôt. Il ne s’agit pas d’un parent qui perd ses nerfs et qui secoue son bébé. 

L’autopsie révèle de multiples fractures et traces de coups qui ne laissent aucun doute. Le père comparait donc pour «actes de torture et de barbarie ayant entraîné la mort sans intention de la donner » , pour « privation de soins et d’aliments » et pour « violences » sur sa compagne.  Il encourt la perpétuité. 

Elle doit répondre « d’abstention volontaire d’empêcher un crime" et également de « privation de soins ». A l’époque le père parlait de maladresse tout en n’expliquant pas l’état du bébé. La mère avait juste dit qu’elle se doutait de quelque chose.