Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Courchevel : un an après l'incendie de l'Isba, une des victimes témoigne

Le 20 janvier 2019, une résidence de saisonniers part en fumée à Courchevel (Savoie). L’incendie d'origine criminelle fait deux morts et 25 blessés. L’enquête est toujours en cours. L'une des victimes rescapée des flammes, André Casella, 52 ans a décidé de témoigner un an après le drame.

Depuis l'incendie, la vie d'André a basculé, sa femme a demandé le divorce et il a tenté de mettre fin à ses jours. Aujourd'hui, il témoigne.
Depuis l'incendie, la vie d'André a basculé, sa femme a demandé le divorce et il a tenté de mettre fin à ses jours. Aujourd'hui, il témoigne. © Radio France - Nicolas Joly

Courchevel 1850, Saint-Bon-Tarentaise, France

"Je pense que depuis ce jour là, mon fils a perdu son père", déclare André Casella, chef pâtissier de 52 ans en arrêt-maladie depuis un an. Depuis l'incendie criminel de l'Isba à Courchevel (Savoie), qui fit deux morts et 25 blessés le 20 janvier 2019. Il est parvenu miraculeusement à se sortir indemne des flammes. Traumatisé et silencieux depuis un an, il témoigne aujourd'hui pour donner sa vérité.

Comment André Casella a réchappé des flammes

Sorti des flammes de justesse

La survie d'André Casella ne tient qu'à un fil cette nuit-là. Il est dans un sommeil profond lorsque les flammes commencent à dévorer le bâtiment dans lequel il réside depuis quelques jours, pour remplir sa mission de saisonnier dans l'hôtel voisin. "Un bruit indescriptible" le réveille vers 5 heures du matin. Il se lève, ouvre la porte de son appartement. "Là, un grand souffle de fumée noire épaisse est rentré dans mon logement. J'ai senti la chaleur des flammes qui commençait à arriver." 

À cet instant, il n'agit plus que par instinct de survie. "Je me suis mis tout de suite à quatre pattes pour ne pas avaler la fumée. Je me suis rué jusqu'à la fenêtre de mon balcon. Je l'ai ouverte au plus vite, mais ça me paraissait interminable." Sauf qu'André Casella réside au troisième étage de l'immeuble. Impossible de sauter au sol sans risquer de se blesser gravement, voire fatalement. Il doit trouver une autre solution. Sportif, il descend progressivement de balcon en balcon, en s'accrochant aux rambardes. 

"Je pensais que tout le monde était en train de brûler" - André Casella, rescapé de l'incendie de l'Isba

"En arrivant au deuxième étage je me suis senti légèrement plus en sécurité car j'arrivais au niveau des flammes qui, elles, montaient. Mais j'entendais beaucoup d'explosions." Il continue sa descente hors des enfers pour arriver au premier étage. Il saute, atterrit sur le toit d'un magasin, saute à nouveau et se réceptionne dans un tas de neige. "J'ai vu beaucoup de personnes qui filmaient avec leur téléphone. Je leur ai demandé de porter secours aux autres, car je pensais que tout le monde était en train de brûler. En réalité j'étais l'un des derniers à m'échapper."

Un traumatisme à vie

Miraculeusement, le corps d'André Casella est intact. Son esprit, en revanche, est marqué à vie. "Je ne vis plus aucune activité, moi qui étais plein de passion pour la cuisine, le sport, l'aéronautique. Je n'exerce plus rien et j'ai peur de tout." La peur qu'il ne ressentait pas jusque-là, en tant que pilote régulier de deltaplane, mais qu'il vit désormais au quotidien. "Je n'ose même plus faire de vélo par peur que quelqu'un ne vienne me pousser."

"Je suis resté clos dans mon appartement en ne voyant personne. [...] Le 6 décembre malheureusement, j'ai tenté de mettre fin à mes jours" - André Casella, rescapé de l'incendie de l'Isba 

La vie brisée d'André Casella

Dans cette épreuve, André Casella est d'abord soutenu par son épouse, mais la condition de son mari finit par lui devenir insupportable. Elle a récemment demandé le divorce. Il finit donc par se renfermer sur lui-même "Je suis resté clos dans mon appartement en ne voyant personne, ce qui a vraiment aggravé mon cas. Le 6 décembre malheureusement j'ai tenté de mettre fin à mes jours par pendaison", confie-t-il.

Aujourd'hui, André Casella sort de son silence pour se faire entendre et tenter de se reconstruire. C'est aussi un moyen pour lui d'interpeller ceux qu'il désigne comme responsables : "j'attends que le criminel qui a mis le feu reconnaisse les faits et qu'il soit condamné à juste titre. Je voudrais surtout que justice soit faite pour les saisonniers et que le groupe Tournier prenne conscience de ses manquements. Car je pense que les conséquences auraient été beaucoup moins grave si le bâtiment avait été aux normes."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu