Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Course poursuite à Saint-Etienne : la police des polices saisie

jeudi 2 août 2018 à 11:12 Par Jeanne-Marie Marco, France Bleu Saint-Étienne Loire

L'IGPN est saisi dans l'affaire de la course poursuite survenue ce mardi à Saint-Etienne (Loire). La police des polices devra déterminer si oui ou non, le policier qui a tiré était en droit de le faire.Le fuyard a lui été placé en détention provisoire.

Le procureur de la République de Saint-Etienne André Merle
Le procureur de la République de Saint-Etienne André Merle © Radio France - Jeanne marie Marco

Saint-Étienne, France

Le fuyard a été placé en détention provisoire ce jeudi 2 août dans la soirée. Une information judiciaire est ouverte contre cet homme de 41 ans, bien connu de la police. 

Le fuyard a déjà été condamné à 18 reprises et il a commis, selon le procureur adjoint de la République de Saint-Etienne, six vols à la roulotte depuis le mois de novembre dans le quartier de la Métare à Saint-Etienne. Il est notamment poursuivi pour refus d'obtempérer aggravé, violences volontaires aggravées sur personnes dépositaires de l'autorité. Un policier a été légèrement blessé au genou.

L'IGPN (l'Inspection générale de la police nationale) est saisi par André Merle, le procureur adjoint de la République de Saint-Etienne. La police des polices va s'intéresser au coup de feu tiré par un des policiers lors de la course poursuite. 

Selon les premiers éléments la légitime défense ne serait pas qualifiée dans ce cas précis mais pour autant l'agent pourrait être dans un usage légitime de son arme. La législation applicable à l’usage des armes à feu, récemment modifiée (février 2018), autorise en effet l'agent à tirer dans cinq situations précises et notamment pour stopper un véhicule qui refuse d'obtempérer.