Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Course-poursuite dans le Gers : Le jeune de 17 ans n’est pas mort du tir du policier selon l’autopsie

-
Par , France Bleu Occitanie

Des violences avaient éclaté dans le quartier du Garros à Auch après la mort d’un jeune de 17 ans dans une course poursuite mortelle. L’autopsie démontre que le tir du policier ne l’a pas atteint. Le conducteur de la voiture volée est présenté à un juge.

L'annonce de la mort du jeune de 17 ans avait provoqué deux nuits d'émeutes dans le quartier du Garros à Auch
L'annonce de la mort du jeune de 17 ans avait provoqué deux nuits d'émeutes dans le quartier du Garros à Auch © Radio France - Olivier Lebrun

Auch, France

Les résultats de l’autopsie du jeune homme de 17 ans mort à Auch, vendredi montrent que ce n'est pas le tir du policier qui l'a tué mais bien l'accident de voiture, selon le parquet de Auch. L'IGPN , la police des polices avait été saisie, après deux nuits d'émeute dans le quartier du Garros à Auch.

Le tir du policier ne l’a pas atteint

Depuis vendredi soir, les rumeurs les plus folles courraient sur les réseaux sociaux sur les circonstances de la course-poursuite de Vendredi dans laquelle un jeune homme de 17 ans a trouvé la mort sur une petite route reliant Pavie à Pessan, près de Auch. Trois jeunes de 17 à 20 ans étaient suivis par la police à bord d’une voiture volée, ils ont tenté d’échapper aux forces de l’ordre, avant de forcer un barrage. Un policier se sentant menacé avait ouvert le feu avec son arme de service. 600 mètres plus loin, le conducteur perd le contrôle de la Peugeot 1007 qui fait plusieurs tonneaux et termine sa course dans un champ. Éjecté tout comme le conducteur, le passager avant est tué dans l’accident.

Faute de médecin légiste disponible, aucun examen de corps n'avait pu être réalisé sur les lieux du drame. Mais ce Lundi, les résultats de l’autopsie pratiquée à Toulouse démontrent que le corps du jeune homme ne comporte  pas de lésion balistique, mais qu’il est mort d’un traumatique cervical dans le choc de l’accident.

Kévin Payet , le secrétaire du syndicat de policiers SGP FO, confirme les résultats de l'autopsie, il lance un appel à l'apaisement

Kevin Payet - secrétaire Unité SGP-FO Police - appelle à l'apaisement

Le conducteur présenté à un juge

Le jeune gersois de 20 ans qui était au volant de la voiture a été présenté ce Lundi après-midi à un magistrat du pôle d’instruction d’Agen, le parquet d’Auch s’étant dessaisi du dossier. Il devrait être mis en examen pour « tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique », « recel de vol », et « homicide involontaire par conducteur. » Le parquet a requis son placement en détention provisoire.

Le passager arrière de la voiture, un mineur de 17 ans, blessé dans l’accident avait été remis en liberté dès Samedi soir.

Les questions à Auch après ces deux nuits d'émeute

De nombreux habitants du quartier du Garros ont vu leur voiture brûlées - Radio France
De nombreux habitants du quartier du Garros ont vu leur voiture brûlées © Radio France - Olivier Lebrun

Les habitants de Auch abasourdis

La mort de jeune de 17 ans avait provoqué deux nuits de violences dans le quartier du Garros et dans le centre-ville d’Auch où plusieurs dizaines de voitures avaient été incendiées, vendredi soir et samedi soir. Dans la capitale du Gers, on se remet tout juste de cette flambée de violence

Les habitants de Auch surpris par ces deux nuits d'émeute

Un slogan inscrit sur les murs du quartier du Garros à Auch lors des nuits d'émeutes - Radio France
Un slogan inscrit sur les murs du quartier du Garros à Auch lors des nuits d'émeutes © Radio France - Olivier Lebrun

L’IGPN, la police des polices a été saisie pour faire la lumière sur les circonstances dans lesquelles le policier a fait usage de son arme sur ce barrage, après la course-poursuite.

Choix de la station

France Bleu