Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Après la course-poursuite dans les rues de Tours ce dimanche, le conducteur condamné à de la prison ferme

mardi 29 mai 2018 à 17:35 Par Xavier Louvel, France Bleu Touraine

Dans la nuit de samedi à dimanche, les policiers de Tours avaient tiré sur une voiture qui avait tenté à plusieurs reprises de s'enfuir. Le conducteur a été condamné ce mardi 29 mai à quatre ans de prison, dont trois ans ferme.

Un homme de 31 ans condamné ce mardi à 4 ans de prison dont 3 ans ferme par le tribunal de Tours
Un homme de 31 ans condamné ce mardi à 4 ans de prison dont 3 ans ferme par le tribunal de Tours © Radio France - Xavier Louvel

Indre-et-Loire, France

Un homme de 31 ans, un habitant de Richelieu, a été condamné hier à quatre ans de prison dont trois ans ferme par le tribunal correctionnel de Tours. Il avait forcé les policiers à une course-poursuite dans Tours dans la nuit de samedi à dimanche. Il avait percuté deux voitures de police, blessant légèrement deux agents. Les policiers avaient dû ouvrir le feu, à plusieurs reprises, rue Giraudeau, pour stopper la voiture. L'homme a finalement été arrêté. Il était ivre, avec deux grammes d'alcool dans le sang, sans permis et sans assurance. Il était tout juste sorti de prison le 21 avril dernier. 

27 condamnations à son actif, dont 10 quand il était mineur 

Le jugement prononcé ce mardi est sa vingt-huitième condamnation. Il avait déjà à son actif : trafic de stupéfiants, violences, rébellion, vol avec violences, vol par ruse, outrage, délit de fuite, recel de biens, menace de mort, escroquerie, extorsion par violences, conduite sans permis, conduite sous l'empire d'un état alcoolique, conduite sans assurance. Son CV judiciaire est impressionnant. Son avocate a dressé un tableau peu flatteur de son client. Son père était "alcoolique et violent", "sa mère a quitté le domicile alors qu'il avait quatre ans et n'a jamais voulu le revoir", "il a quitté le domicile à 16 ans pour vivre plusieurs années dans une caravane prêtée par sa tante", "il n'a eu aucun repère dans la vie", "un homme paumé", "il a un problème avec toutes les règles de la société"

Sa seule bouée de sauvetage aujourd'hui, c'est son fils de trois ans. "Si je me faisais arrêter, je ne revoyais pas mon fils" explique-t-il à la barre. Il s'excuse auprès des policiers, "j'ai fait n'importe quoi, mais je n'ai pas voulu les écraser. Trois pneus étaient crevés. Je n'arrivais plus à diriger la voiture". Le passager de la voiture, un ami du prévenu, a été placé en garde à vue cette nuit là. "Je gueulais dans la voiture de me laisser sur le bord de la route. Il roulait très vite mais je n'ai pas regardé le compteur. J'avais peur" dira-t-il aux enquêteurs avant d'être relâché sans poursuite. 

J'étais en panique" - Le prévenu

Les excuses du prévenu sont difficiles à entendre pour les parties civiles, d'autant que pour les six policiers impliqués cette nuit là, il a voulu les écraser. "Pour moi, il y a un caractère volontaire. Il n'y a pas eu de tentative d'évitement. Il n'y a aucune trace de freinage" a égrainé le procureur de la République dans son réquisitoire.