Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Coussac-Bonneval : Le parc d'attractions musicales "Mélofolia" toujours dans les cartons

-
Par , France Bleu Limousin

Une réunion entre les habitants de Coussac-Bonneval et le porteur du projet "Melofolia" était organisée ce week-end. Venu en nombre, le public a pu assister à la première présentation de ce projet de parc d'attractions musicales, unique au monde.

La rencontre entre les habitants de Coussac-Bonneval et le promotteur du projet Melofolia était très attendue
La rencontre entre les habitants de Coussac-Bonneval et le promotteur du projet Melofolia était très attendue © Radio France - Frédéric Cano

Coussac-Bonneval, France

Cela fait 4 ans que le projet est connu, mais il n'est toujours pas finalisé. 500 000 euros ont déjà été investis par Didier Hodiamont, le directeur de la société Dreamgest France, qui a imaginé ce parc d'attractions musicales sur le Domaine de Chauffaille, dans le sud de la Haute-Vienne. Malgré la présentation des élus locaux et du porteur de projet, certaines questions subsistent toujours notamment le financement d'une telle structure, à hauteur de 35 millions d'euros. 

Les travaux ne pourront pas commencer sur le site tant que le domaine de 170 hectares, qui appartient encore aujourd'hui à la communauté de communes du Pays de Saint-Yrieix-la-Perche ne sera pas définitivement vendu au promoteur belge. Pour cela, il doit obtenir le permis de construire et garantir les fonds d'investissements, à hauteur de 35 millions d'euros, sans quoi le projet tombera à l'eau. 

Le parc devrait permettre la création de 70 emplois et devrait accueillir plus de 100 000 visiteurs par an. Un objectif difficile à atteindre si le parc n'est pas ouvert toute l'année, comme cela a été annoncé. Il faudra encore attendre au moins 3 ou 4 ans avant de pouvoir profiter des attractions du parc, si les délais sont respectés et les autorisations acceptées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu