Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Couvre-feu pour les mineurs à Chenôve

-
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu

Depuis le 29 juin, le maire de Chenôve interdit aux enfants et adolescents de traîner sans adulte après 22h00. L'élu explique qu'il veut protéger les citoyens des violences urbaines mais aussi protéger les jeunes et responsabiliser les parents.

Patrick Falconnet, le maire de Chenôve
Patrick Falconnet, le maire de Chenôve © Radio France - Lucas Martin-Brodzicki

Chenôve, France

À Chenôve, un couvre-feu est en vigueur depuis le 29 juin pour les jeunes de moins de 18 ans non accompagnés, entre 22 heures et 6 heures. L'arrêté municipal ne couvre pas complètement la commune aux portes de Dijon mais il concerne particulièrement le quartier du Mail où les violences urbaines se multiplient depuis le mois de juin. 

Véhicules brûlés, dégradations d'équipement publics, le préfet de Côte-d'Or avait pointé la participation de mineurs à des feux de voitures. La police peut désormais raccompagner ces mineurs à leur domicile ou demander aux parents de venir les chercher. Thierry Falconnet, le maire de Chenôve, veut responsabiliser les parents : "Ces jeunes se mettent en danger. Il s'agit de les protéger, de responsabiliser les parents car il n'est pas normal que des jeunes de 11 à 15 ans traînent dans les rues jusqu'à trois heures du matin à Chenôve."

Couvre-feu jusqu'au 14 juillet, mais prolongeable sans soutien de l'État

L'arrêté municipal est en vigueur jusqu'au 14 juillet. Le maire de Chenôve espère ne pas avoir à le prolonger mais il déplore le manque d'effectifs de sécurité. Thierry Falconnet demande de l'aide à l'État : "Je souhaite urgemment que l'État prenne la mesure de la gravité de la situation". Le préfet s'est d'ailleurs rendu au ministère de l'Intérieur pour évoquer la situation, sans résultat pour le moment.