Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : pour « établir le portrait-robot de la maladie » un médecin corrézien préside une étude nationale

-
Par , France Bleu Limousin

Quelles sont les séquelles à long terme de la Covid-19 ? Pour le savoir, une étude est menée en ce moment par l'association Tous Partenaires Covid, présidée par le médecin endocrinologue Briviste Jean-Marc Comas. Il était notre invité ce jeudi sur France Bleu Limousin.

L’association Tous Partenaires Covid, présidée par un endocrinologue corrézien, mène une étude sur les conséquences à long terme du coronavirus.
L’association Tous Partenaires Covid, présidée par un endocrinologue corrézien, mène une étude sur les conséquences à long terme du coronavirus. © Maxppp - Alexandre Marchi

Alors que la France est confrontée à une deuxième vague très virulente de l'épidémie de coronavirus, une association a décidé de se pencher sur les conséquences à long terme de la maladie. C'est la première étude du genre lancée au niveau national selon le docteur Jean-Marc Comas, endocrinologue à Brive-la-Gaillarde et président de l'association Tous Partenaires Covid. Une démarche menée avec d’autres médecins, mais aussi des chercheurs, des patients et leurs familles, afin d’aborder tous les aspects de la maladie et leur impact.

« Depuis la première vague on s’aperçoit qu’il y a des formes de Covid longues qui laissent des séquelles » précise Jean-Marc Comas, mais au-delà des complication, le but est aussi d’aborder  « l’impact socio-économique » de la maladie. Un questionnaire général permet donc de collecter un maximum  d’informations sur les patients. Ensuite, ceux qui présentent des séquelles physiques ou psychologiques sont invités à remplir régulièrement un questionnaire, afin de déterminer combien de temps durent les symptômes ou si d’autres peuvent apparaître. 

On va pouvoir aider toutes ces personnes atteintes de Covid long à faire reconnaître cette maladie.

Depuis l’apparition du coronavirus, on en apprend chaque jour un peu plus. L'endocrinologue Briviste et ses partenaires impliqués dans cette étude veulent donc « établir le portrait-robot de cette maladie », afin d’aider et orienter les gens. Autre objectif : « Aider aussi la recherche car avec toutes les informations qu’on pourra collecter, on sera en avance et on pourra gagner du temps sur le désarroi physique et psychologique des patients. »

Des symptômes multiples et durables pour certains

Une fatigue qui dure, des brusques moments de sueurs ou encore des troubles neurologiques sont les troubles à long terme décrits par les patients. Il peut aussi y avoir des pertes de goût et d’odorat qui persistent, ainsi que des troubles de la concentration, de la mémoire ou des douleurs musculaires. « Il y en a qui se blessent très facilement lorsqu’ils reprennent le sport, il y en a qui font des embolies pulmonaires ou qui ont des problèmes cutanés » détaille encore le médecin Briviste. « C’est sans fin ! » 

De la recherche participative

Tous les malades qui ont eu la Covid-19, sous une forme longue ou non, sont donc invités à participer à cette étude afin de connaitre au mieux la maladie. L’association pourra ensuite relayer un tableau aussi exhaustif que possible de la situation, pour que la prise en charge à long terme soit adaptée et efficace. « Il ne faut pas que le post-Covid deviennent comme toutes ces maladies restées dans l’impasse ou prises à la légère, par le passé » explique Jean-Marc Comas. Le médecin Briviste pense notamment à la fibromyalgie, la spasmophilie ou la maladie de Lyme. Pour participer à l’étude, ça se passe sur le site internet de l’association Tous Partenaires Covid.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess