Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : un hôpital des Yvelines visé par une plainte après deux décès

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Les enfants d'un couple d'octogénaires malades du Covid-19 et décédés dans un hôpital des Yvelines ont porté plainte jeudi à Versailles, dénonçant la mise en place non concertée et injustifiée d'un protocole de soins palliatifs qui a, selon eux, tué leur parents.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Radio France - Michèle Constantini

Le centre hospitalier de Plaisir, dans les Yvelines, est visé par une plainte pour "administration de substance nuisible" et "homicide involontaire". Elle a été déposée jeudi à Versailles par les enfants d'un couple d'octogénaires, décédés du coronavirus dans l'hôpital, les 27 et 28 mars dernier.

Selon l'avocate des quatre enfants, Fanny Vial, jointe par l'AFP, les deux parents de 87 et 89 ans avaient été hospitalisés le 20 mars pour un séjour dans l'unité "court séjour gériatrique" du centre hospitalier de Plaisir, trois jours après le début du premier confinement. Les enfants "ont été surpris d'un certain malaise ressenti auprès de soignants, qui ont demandé le dossier médical et ont découvert que des soins palliatifs avaient été mis en place rapidement, via un protocole associant de la morphine", contre la douleur, "et de l'hypnovel", un sédatif, a exliqué l'avocate.  

La mise en place de ces soins palliatifs n'avait fait l'objet d'aucune communication à la famille

"Le dossier médical ne semble justifier le recours à ce cocktail puissant, dont les doses augmentaient, que par la seule volonté de traiter un inconfort des patients", a-t-elle ajouté.  Dans une déclaration transmise à l'AFP, les quatre enfants affirment que "la mise en place de ces soins palliatifs n'avait fait l'objet d'aucune communication à la famille (contrairement à la législation en vigueur), mais surtout il apparaît qu'aucun diagnostic n'a été posé sur les patients dont l'état ne laissait pas apparaître la nécessité de tels protocoles".

En déposant plainte, ils souhaitent que "le corps médical en désaccord avec ces protocoles de mise en place de soins palliatifs injustifiés rompent le silence et que des réponses judiciaires soient apportées face à ces dysfonctionnements manifestes". Contacté par l'AFP, le centre hospitalier de Plaisir n'a, pour le moment, pas donné suite aux sollicitations.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess