Faits divers – Justice

Crash Air Algérie : et maintenant ?

Par Marina Cabiten, France Bleu vendredi 25 juillet 2014 à 16:13 Mis à jour le vendredi 25 juillet 2014 à 16:45

Les restes du vol AH5017
Les restes du vol AH5017 © ECPAD

L'épave du vol d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi a été localisée le lendemain, au Mali. Personne n'a survécu parmi les 118 personnes à bord, dont 54 Français. Des soldats français sont sur place, pour sécuriser la zone mais aussi recueillir les corps. La priorité reste de déterminer la cause du drame, pour apporter des réponses aux familles endeuillées.

Après la phase de recherches suivant la disparition du vol Air Algérie, un processus beaucoup plus long a été déclenché vendredi avec la découverte de l'épave au Mali. Le MD-83 parti jeudi de Ouagadougou en direction d'Alger s'est écrasé près de la frontière avec le Burkina Faso, faisant 118 morts. La priorité est à présent de déterminer la cause du drame.

Pourquoi l'avion s'est-il écrasé ? 

Vendredi, l'État français privilégiait la piste d'un accident lié à de mauvaises conditions climatiques . Le pilote avait changé de trajectoire à cause d'une tempête. Cependant, François Hollande a dit n'exclure aucune piste pour le moment.

Son secrétaire d'État aux transports Frédéric Cuvillier a cependant précisé que l'hypothèse d'une explosion semblait peu probable , puisque les débris de l'avion sont concentrés sur une petite zone et qu'il y a des traces de carburant au sol. Il n'y avait par ailleurs aucune "personne suspecte" à bord selon Fleur Pellerin, secrétaire d'État aux Français de l'étranger.

Une boîte noire a été retrouvée rapidement et sera examinée "dès que possible"  selon François Hollande. Paris envoie 21 gendarmes et policiers sur les lieux du crash pour enquêter. 

Aucun survivant

L'ensemble des 118 personnes à bord de l'appareil sont mortes, dont 54 Français. La centaine de soldats français arrivée sur la zone du crash a pour mission de recueillir les corps, en plus de sécuriser la zone . Et ces gendarmes et policiers bientôt sur place seront en charge de l'identification des victimes

Heure après heure, de nouvelles informations sur ces passagers arrivent. Humanitaires, expatriés, ou touristes. Burkinabés, Algériens, Canadiens, Espagnols (les six membres de l'équipage), Libanais, Luxembourgeois notamment... Et 54 Français. Une famille rhônalpaise de dix personnes était à bord, ou encore sept membres d'une même famille nantaise et une famille de la Creuse. Toutes les familles des victimes soit entre 150 et 200 personnes seront reçues au Quai d'Orsay samedi. 

L'épave du AH5017 a été localisée au Mali, près de la frontière du Burkina Faso. - Aucun(e)
L'épave du AH5017 a été localisée au Mali, près de la frontière du Burkina Faso.

La sécurité aérienne en question

L'Association internationale du transport aérien (Iata) a indiqué vendredi qu'elle allait "tout mettre en oeuvre" pour améliorer la sécurité aérienne qui reste une priorité, après une semaine noire au cours de laquelle trois crashs d'avions ont fait plus de 460 morts .

Avant le crash du MD83 affrété par Air Algérie auprès de la société espagnole Swiftair, un avion de la Malaysia Airlines s'était écrasé le 17 juillet dans l'est de l'Ukraine après avoir été abattu par un missile dans un territoire contrôlé par les séparatistes pro-russes, faisant 298 morts. Mercredi, un avion de la compagnie taïwanaise TransAsia Airways s'est écrasé sur une île au large de Taïwan après une tentative d'atterrissage par très mauvais temps, causant la mort de 48 des 58 occupants de l'appareil.

Série noire pour l'aviation civile - Aucun(e)
Série noire pour l'aviation civile