Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Crash d'Ethiopian Airlines : deux familles françaises attaquent Boeing en justice

-
Par , France Bleu

Deux familles françaises ont lancé des actions en justice contre Boeing, en France et aux Etats-Unis, après le crash en mars d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines qui effectuait la liaison Addis Abeba-Nairobi rapporte l'AFP ce mardi. 157 personnes, dont sept Français, sont mortes.

Un Boeing 737 Max 8 de la compagnie Ethiopian Airlines à l’aéroport d'Addis-Abeba en Ethiopie en avril 2019.
Un Boeing 737 Max 8 de la compagnie Ethiopian Airlines à l’aéroport d'Addis-Abeba en Ethiopie en avril 2019. © Maxppp - STR

Leurs proches font partie des 157 victimes du crash du Boeing 737 de la compagnie Ethiopian Airlines, survenu le 10 mars dernier. L'appareil, qui effectuait la liaison Addis Abeba-Nairobi, s'est écrasé peu après le décollage. Deux familles françaises ont porté plainte contre l'avionneur américain rapporte l'AFP ce mardi.  Une première début avril, à Paris, pour "homicide involontaire". Une seconde lundi, devant le tribunal de district américain de Chicago, où est situé le siège de Boeing.

"La défaillance technique ne pouvait être ignorée" 

Ces deux familles accusent le constructeur américain de ne pas avoir pris les mesures nécessaires après le crash d'un premier Boeing 737 MAX de la compagnie indonésienne Lion Air, dans des conditions similaires, en octobre 2018. Mis en cause dans les deux catastrophes aériennes, le système anti-décrochage MCAS a finalement été mis à jour la semaine passée a indiqué Boeing le 19 mai.

"Nous n'avons pas attendu les aveux de Boeing sur l'existence des défaillances de l'appareil pour engager la responsabilité pénale du constructeur. Le comportement gravissime de Boeing ne saurait se régler uniquement sur un plan indemnitaire", a réagi auprès de l'AFP Me Yassine Bouzrou, l'avocat des premiers plaignants. Selon eux, cette "défaillance technique ne pouvait être ignorée" par l'avionneur et éventuellement les autres acteurs "intervenus dans la construction, la commercialisation, la certification et l'usage de l'appareil." 

276 millions de dollars de dommages réclamés à Boeing

La seconde famille accuse Boeing d'avoir tardé à réagir par crainte des répercussions financières négatives si la réputation de son appareil était entachée. Elle réclame en conséquence 276 millions de dollars (environ 250 millions d'euros) de dommages au constructeur américain, selon le texte de leur plainte transmise à l'AFP.