Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Crash d'un avion en Ethiopie : l'Europe ferme son espace aérien aux Boeing 737 Max 8

mardi 12 mars 2019 à 11:34 - Mis à jour le mercredi 13 mars 2019 à 10:26 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Plusieurs pays et compagnies aériennes, dont la France et toute l'Europe, ont décidé de fermer leur espace aérien et / ou de clouer au sol leurs Boeing 737 Max 8 après le crash, dimanche, d'un avion de ce modèle. 157 personnes ont été tuées dont neuf Français.

 La compagnie américaine Southwest a annoncé continuer à exploiter ses Boeing 737 Max 8
La compagnie américaine Southwest a annoncé continuer à exploiter ses Boeing 737 Max 8 © Maxppp - TANNEN MAURY

Les Boeing 737 Max 8 sont-ils sûrs ? Le crash de l'avion d'Ethiopian Airlines près d'Addis Abeba dimanche, quatre mois seulement après un accident similaire en Indonésie, soulève de nombreuses questions sur la sécurité de ce modèle de moyen-courrier, central dans la stratégie du constructeur américain. Plusieurs pays et compagnies aériennes ont décidé de suspendre les vols, ou de fermer leur espace aérien à ces avions. C'est le cas de la France, et de toute l'Europe, qui interdit son espace aérien aux Boeing 737 Max 8 à compter de ce mardi soir.

Les vols suspendus dans plusieurs pays dont la France

Le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Irlande, l'Autriche, les Pays-Bas, l'Italie, la Norvège et la France ont aussi fermé leur espace aérien à ces appareils. L'Agence européenne de la sécurité aérienne, l'Aesa, a annoncé ce mardi soir qu'elle suspendait tous les vols de Boeing 737 MAX en Europe. Toutes les opérations de vol de tous les modèles de Boeing 737-8 Max et 737-9 Max sont suspendus dans le ciel européen.

Les premiers pays à réagir ont été la Chine et l'Indonésie. Selon des informations publiées en janvier sur le site internet du constructeur américain, 76 Boeing de la famille 737 MAX ont été livrés à une dizaine de compagnies aériennes chinoises, dont Air China, Hainan Airlines et Shanghai Airlines. Le Bureau chinois de l'aviation civile a demandé aux compagnies aériennes chinoises de suspendre les vols de leurs Boeing 737 Max 8 jusqu'à confirmation par les autorités américaines et Boeing des "mesures prises pour garantir avec efficacité la sécurité des vols". 

L'Indonésie, dont la compagnie Lion Air a perdu un Boeing 737 max 8 le 29 octobre 2018 avec 189 personnes à son bord, a également décidé d'immobiliser ses avions, et de "reporter" la livraison, prévue cette année, de quatre autres modèles. 

L'Inde a annoncé ce mardi soir qu'elle clouait également au sol ses modèles.

En Mongolie, l'autorité de l'aviation civile nationale a ordonné au transporteur national Mongolian Airlines de clouer au sol l'unique 737 MAX 8 de sa flotte. La Corée du Sud a, pour sa part, lancé une inspection sur ses deux 737 Max 8 de la compagnie locale low-cost Eastar Jet. 

À l'instar de Singapour, l'aviation civile australienne a interdit ce mardi à tous les Boeing 737 MAX de circuler dans son espace aérien. "Bien qu'aucune compagnie aérienne australienne n'exploite le Boeing 737 MAX, deux compagnies étrangères desservent l'Australie avec ces types d'appareils", a indiqué l'Autorité australienne de l'aviation civile (ACSA) dans un communiqué. Oman et la Malaisie ont pris des décisions similaires.

Plusieurs compagnies aériennes immobilisent leurs modèles

Plusieurs compagnies aériennes ont également réagi. En plus d'Ethiopian Airlines, Gol (Brésil, 7 avions), Aeromexico (Mexique, 6 avions), Comair (Afrique du Sud, 1 avion) Turkish Airlines (12 avions) et Cayman Airways (Iles Caïmans, 2 avions) ont immobilisé leurs Boeing 737 MAX 8. La compagnie aérienne argentine Aerolineas Argentinas a annoncé la "suspension temporaire de l'exploitation commerciale" de ses cinq appareils ce mardi après que plusieurs pilotes ont refuser de voler avec. Ils réclament davantage "d'informations et de garanties sur l'absence totale de risques".

Les vols maintenus sur plusieurs compagnies américaines

À l'inverse, plusieurs nations et compagnies ont décidé de poursuivre l'exploitation, les États-Unis en tête. L'Agence fédérale de l'aviation américaine (FAA) a demandé à Boeing d'effectuer des changements "au plus tard en avril" sur des logiciels et sur le système de contrôle MCAS conçus pour éviter les décrochages. L'agence a précisé qu'elle prendra "des mesures immédiates et appropriées" si "un problème affectant la sécurité" est identifié. Boeing doit également actualiser le manuel destiné à la formation des pilotes.

Les compagnies américaines Southwest (34 appareils) et American Airlines (24) ont ainsi annoncé qu'elles continuaient à faire voler leurs Boeing 737 Max 8, de même que la compagnie à bas prix Norwegian (18),  l'islandaise Icelandair (3), la russe S7 (2), les canadiennes Air Canada (24 appareils) et Westjet (13), mais aussi flydubai (10), la polonaise LOT (six appareils) ou encore la compagnie à bas prix TUIfly (13).

Aucun Boeing 737 Max dans les compagnies françaises

Commercialisé depuis 2017, le Boeing 737 Max 8, destiné aux vols court et moyen courrier, est la version modernisée du célèbre 737, avion commercial le plus vendu au monde avec plus de 10.000 exemplaires produits.

5.011 Boeing 737 Max au total ont été commandés dans le monde, et 350 ont été déjà livrés. Selon les derniers chiffres de Boeing, publiés en janvier 2019, aucune compagnie aérienne française n'en a acheté. Interrogée par franceinfo, Air France a confirmé n'exploiter aucun appareil de ce modèle.

  - Visactu
© Visactu
  - Visactu
© Visactu -