Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Crash en Ethiopie : les pilotes ont bien suivi la procédure de Boeing

-
Par , France Bleu

Les pilotes aux commandes du Boeing 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines qui s'est écrasé au sud-est d'Addis-Abeba le 10 mars faisant 157 morts, dont neuf Français, ont exécuté "à plusieurs reprises" les procédures d'urgence recommandées. C'est ce que révèle un rapport préliminaire publié ce jeudi.

Memorial en hommage aux victimes du crash d'un Boeing 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines qui a fait 157 morts au sud-est d'Addis-Abeba le 10 mars 2019
Memorial en hommage aux victimes du crash d'un Boeing 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines qui a fait 157 morts au sud-est d'Addis-Abeba le 10 mars 2019 © AFP - TONY KARUMBA

Les pilotes du vol Ethiopian Airlines qui s'est écrasé le 10 mars, faisant 157 morts, dont neuf Français, ont exécuté "à plusieurs reprises" les procédures d'urgence recommandées mais ils n'ont pas réussi à reprendre le contrôle de l'appareil. C’est la conclusion de l’enquête préliminaire sur les causes du crash du Boeing 737 MAX publiée ce jeudi par les autorités éthiopiennes. 

L'avion s’est abîmé six minutes après son décollage. La ministre éthiopienne des Transports Dagmawit Moges n'a pas fait référence au système de stabilisation de l'appareil (MCAS), soupçonné d'avoir joué un rôle clé dans l'accident. Toutefois, elle a évoqué un mouvement de "piqué répété" de l'avion. Ce dispositif avait déjà été mis en cause dans le crash d'un 737 MAX 8 de la compagnie indonésienne Lion Air survenu en octobre 2018. Selon le directeur du Bureau éthiopien d'enquête, Amdiye Ayalew, l'enquête préliminaire n'a montré aucun signe de "dégât causé par un objet extérieur".

Aucun signe de "dégât causé par un objet extérieur"

Le rapport préliminaire recommande que "le système de gestion de vol de l'avion soit revu par le fabricant" américain. "Les autorités de l'aviation devront vérifier que la révision du système de gestion de vol de l'avion a été correctement effectuée par le fabricant", avant que la flotte des Boeing 737 MAX, clouée au sol dans le monde entier depuis l'accident, soit autorisée à voler à nouveau, a insisté la ministre. 

Boeing a indiqué qu'elle allait "examiner" le rapport. L'avionneur s'est engagé à corriger le système MCAS avec l'objectif de réduire la force de son action.  Après avoir retoqué lundi les premières modifications proposées, estimant qu'elles n'étaient pas satisfaisantes, l'agence fédérale de l'aviation (FAA) a annoncé mercredi avoir créé un groupe d'action commune (JATR) comprenant la Nasa et les autorités de l'aviation civile internationales pour évaluer le 737 MAX modifié. 

Le rapport d'enquête complet ne sera pas rendu public avant au moins six mois. 

  - Visactu
© Visactu