Faits divers – Justice

Crash de l'A320 : l'identification de toutes les victimes "possible d'ici la fin de la semaine"

Par Julie Guesdon, France Bleu mardi 31 mars 2015 à 16:08

La zone du crash de l'Airbus A320 de Germanwings
La zone du crash de l'Airbus A320 de Germanwings © MaxPPP

En visite à Berlin, François Hollande a annoncé ce mardi qu'il sera possible d'identifier l'ensemble des victimes du crash de l'Airbus A320 d'ici la fin de la semaine.

Grâce aux prélèvements ADN, l'identification de toutes les victimes sera possible "d'ici la fin de la semaine" . En visite à Berlin ce mardi, François Hollande a précisé l'avancé des équipes sur le lieu du drame de l'A320 de Germanwings.

Lors de cette conférence de presse commune avec Angela Merkel, le président de la République a confirmé que "d'ici au plus tard la fin de la semaine, il sera possible d'identifier toutes les victimes grâce aux prélèvements ADN faits et à ce travail scientifique exceptionnel permettant ainsi aux familles [...] de pouvoir faire leur deuil."

"Dans ces instants-là, nos deux peuples font corps"

Le président et la chancelière ont insisté sur l'importance des bonnes relations entre la France et de l'Allemagne dans le cas d'événements tragiques, comme celui-ci qui a coûté la vie à 150 personnes, dont la moitié d'Allemands. "Dans ces instants là, nos deux peuples font corps" , a déclaré François Hollande, évoquant une "fraternité franco-allemande" .

Auparavant, Angela Merkel avait remercié la France pour son aide dans cette catastrophe, et salué le travail des sauveteurs et le "grand cœur" de la population des lieux du crash, fortement mobilisée pour accueillir les familles des victimes.

L'avion de Germanwings, qui reliait Barcelone à Düsseldorf (ouest de l'Allemagne), s'est écrasé le 24 mars dans les Alpes de Haute-Provence (sud-est de la France), faisant 150 victimes. Le copilote, Andreas Lubitz, 27 ans, est soupçonné d'avoir précipité délibérément l'avion sur le massif montagneux.

Environ 400 échantillons prélevés sur les morceaux de corps ont été envoyés à l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN), près de Paris. 78 profils ADN de passagers ou membres d'équipage ont été isolés mais aucune victime n'a été formellement identifiée.