Infos

Crash de l'A320 : pour notre expert psychiatre, le copilote voulait "qu'on se souvienne de lui"

Par Vincent Mangin, France Bleu vendredi 27 mars 2015 à 5:28

Que s'est-il passé dans le cockpit de l'A320 ? Premières réponses avec l'enregistrement de la boîte noire.
Que s'est-il passé dans le cockpit de l'A320 ? Premières réponses avec l'enregistrement de la boîte noire. © Maxppp

Andreas Lubitz a-t-il délibérément entraîné dans la mort les 149 passagers et membres d'équipage de l'Airbus de la Germanwings qui s'est écrasé dans les Alpes mardi dernier ? Le psychiatre Patrick Hourdé, expert de la cour d'appel de Rouen, nous livre ses hypothèses sur les motivations du copilote.

Andreas Lubitz a-t-il voulu se suicider avec les 144 passagers et les 5 membres d'équipage lors du crash de l'airbus A320 de la Germanwings mardi ? Pour le procureur de la République de Marseille Brice Robin, l'acte est difficile à qualifier : "Quand on a la responsabilité de 150 personnes on n'appelle pas ça un suicide."

Ce jeudi, France Bleu a posé la question à Patrick Hourdé, psychiatre, médecin honoraire des hopitaux et expert auprès de la cour d'appel de Rouen.

Crash A320 : l'avis de Patrick Hourdé sur le copilote, psychiatre expert auprès de la cour d'appel de Rouen

Selon Patrick Hourdé, il peut s'agir d'un acte dépressif *"marqué par la volonté d'un suicide dont il faut que tout le monde se souvienne, un acte qui fait penser aux gens qui s'immolent en public." *

"le copilote a pu vouloir laisser une trace indélébile de sa mort"

Pour le psychiatre c'est un acte qui va marquer et dont on va parler pendant plusieurs années. Si la thèse du suicide se confirme, y avait-il préméditation du copilote ? A l'écoute des enquêteurs, Patrick Hourdé penche pour la thèse de l'acte délibéré .

Dans l'enregistrement capté par la boite noire de l'Airbus, Andreas Lubitz tient des propos ne présentant aucune* "connotation délirante, il apparait calme et froid"* .

L'expert estime que les enquêteurs doivent maintenant chercher à savoir si le jeune copilote avait connu une rupture sentimentale dans les jours ou les heures qui ont précédé la catastrophe. Ils devront également comprendre son parcours professionnel, s'il souhaitait se suicider, et pour quelle(s) raison(s) il aurait choisi d'entraîner dans la mort les passagers et l'équipage.

Le psychiatre nous a rappellé que lors d'un suicide, on ne pense qu'à soi, "après moi le déluge, avec cet acte le copilote a pu vouloir laisser une trace indélébile de sa mort. Il va se détruire, mais également sa famille et tous ceux qui l'entourent" .

Un scénario qui fait étrangement penser un film récemment co produit par Pedro Almodovar  "Les Nouveaux Sauvages" où pour punir quelqu'un le pilote veut se suicider de manières extraordinaire pour que l'on se souvienne de lui à tout jamais.

Partager sur :