Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Crash de la Malaysia : le fragment du Boeing retrouvé provient bien du vol MH370

mardi 4 août 2015 à 16:36 - Mis à jour le mercredi 5 août 2015 à 20:11 Par Nathalie Bagdassarian, France Bleu Occitanie

Les expertises ont parlé. Elles confirment que l'aile du Boeing 777 retrouvée la semaine dernière sur une plage réunionnaise appartient bien au vol de la Malaysia Airlines disparu il y a 16 mois au-dessus de l'Océan indien. Le débris a été analysé dés ce mercredi dans un laboratoire de la Direction générale de l'armement.

Un possible débris du vol disparu de la Malaysia Airlines retrouvé à la Réunion
Un possible débris du vol disparu de la Malaysia Airlines retrouvé à la Réunion © Reuters

D'aprés les premières analyses, la partie d'aile découverte sur une plage de l'île de la réunion provient bien au vol MH370 de la Malaysia Airlines disparu mystérieusement en mars 2014, a affirmé ce mercredi soir, le premier ministre malaisien. Ce fragment est d'une surface d'environ 2 mètres carré. Il a été officiellement identifié par les experts qui ont débuté leur travail dés ce mercredi aprés-midi. Ils ont travaillé à Balma, dans la banlieue toulousaine où se trouve le laboratoire.Il s'agit de membres du BEA, (Bureau d'enquêtes et d'analyses) mais aussi des Malaisiens dont le directeur de l'aviation civile malaisienne, des Américains, des Chinois, des Australiens ainsi que des experts de Boeing.

Les crustacés analysés

Les experts ont encore du travail. Ils vont maintenant tout passer au crible comme les inscriptions retrouvées, la structure métallique, les traces de peinture.Pour cet examen minitieux, un microscope à balayage électronique pouvant grossir jusqu'à 100 000 fois sera, notamment, utilisé. Autre étude menée, celle-là plus étonnante, l'étude des crustacés accrochés sur l'aile. Leur espèce et leur âge pourraient permettre de déterminer combien de temps la pièce de l'avion a séjourné dans l'eau, sa température et quel a été son trajet.Tous ces indices pourraient ainsi délimiter une zone possible du crash.