Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : le tireur en fuite identifié

Faits divers – Justice

Crash de la Malaysia : le gouvernement malaisien affirme que d'autres débris ont été découverts

jeudi 6 août 2015 à 11:31 - Mis à jour le jeudi 6 août 2015 à 15:00 Par Nathalie Bagdassarian, France Bleu

Des hublots et des coussins de siège auraient été retrouvés sur une plage de La Réunion annonce, ce jeudi, le ministre malaisien des Transports. Au même endroit et le même jour, il y a une semaine, où a été retrouvé un morceau d'aile d'avion provenant bien du Boeing 777 de la Malaysia Airlines. Or, les experts français affirment ne pas être au courant de ces découvertes.

De nouveaux morceaux retrouvés sur la même plage réunionnaise
De nouveaux morceaux retrouvés sur la même plage réunionnaise © Maxppp

Ce jeudi matin, le ministre des Transports malaisien a révélé que d'autres pièces d'avion ont été découvertes sur l'île de La Réunion. "Des coussins de siège, des hublots et des feuilles d'aluminium" a assuré le ministre malaisien des Transports en précisant qu'ils avaient été retrouvés, la semaine dernière, en même temps et sur la même plage où s'est échouée une partie d'aile. Cette dernière a été, mercredi, "officiellement identifiée", selon le gouvernement malaisien, comme provenant du Boeing 777 de la Malaysia. Une annonce effectuée, dans la soirée de mercredi, par le Premier ministre malaisien mais nuancée quelques minutes aprés par le parquet de Paris qui préfère employer les termes de " trés fortes présomptions". Nouvelle divergence ce jeudi aprés-midi. Les enquêteurs français nient avoir "de nouveaux débris en leur possession" et affirment "ne pas être au courant".

Des doutes pour les familles chinoises

Les affirmations du gouvernement malaisien sont, également, remises en question par les familles chinoises de disparus. Elles ont exprimé, ce jeudi matin, de "sérieux doutes" sur le fait que le morceau d'aile soit effectivement une partie de l'avion disparu qui transportait 239 passagers en majorité de nationalité chinoise le 8 mars 2014, alors qu'il survolait l'Océan indien. Les familles exigent "qu'un représentant de haut niveau du gouvernement malaisien" les rencontre à Pékin afin de leur "fournir des explications".