Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Crash du Rio-Paris : l'accident "aurait pu être évité" selon un rapport qui met en cause l'équipage

-
Par , France Bleu

La catastrophe du vol Rio-Paris d'Air France en 2009 est due à "une réaction inappropriée de l'équipage", selon le rapport d'une contre-expertise révélé mardi qui estime que l'accident ayant fait 228 morts aurait pu être évité.

Le crash du Rio-Paris en 2009 aurait pu être évité, selon cette contre-expertise
Le crash du Rio-Paris en 2009 aurait pu être évité, selon cette contre-expertise © Maxppp

C'est une pièce de plus dans le dossier volumineux sur le crash du vol Rio-Paris, qui a tué 228 personnes le 1er juin 2009. Ce rapport de contre-expertise révélé mardi met en avant "une réaction inappropriée de l'équipage après la perte momentanée des indications de vitesse" , et affirme que l'accident aurait pu être évité. Dans cette enquête, Air France et Airbus sont mis en examen pour homicides involontaires.

"Prédominance des facteurs humains"

La thèse de l'erreur humaine n'est pas nouvelle, mais ce nouveau rapport n'hésite pas à en faire la principale raison du crash. "Il a été déterminé par notre collège d'experts que l'accident est dû à la perte de contrôle de l'avion suite à la réaction inappropriée de l'équipage " écrivent les auteurs, qui dressent une liste de 14 causes par ordre d'importance. Ils ajoutent que "l'accident aurait pu être évité , et ceci par quelques actions appropriées de l'équipage" . Pour les experts, mandatés l'an dernier par les juges en charge de l'affaire, la panne a été mal analysée, la situation mal comprise, et les tâches dans le cockpit mal réparties.

Et les sondes Pitot ?

Air France est également mise en cause pour l'aspect technique de l'accident. Le rapport déplore une "absence de directives claires de la part d'Air France malgré plusieurs cas analogues faisant suite à des givrages des sondes Pitot et donc un retour d'expérience insuffisant" . Des lacunes dans la formation des pilotes sont aussi évoquées en situation de givrage.

Contacté par l'AFP, un des avocats des proches des victimes, Me Yassine Bouzrou, a jugé le rapport "plein de contradictions et d'imprécisions". "Les experts se contentent de blâmer les pilotes tout en éludant la question centrale des défaillances techniques" .

Choix de la station

À venir dansDanssecondess