Faits divers – Justice

Vol EgyptAir Paris-Le Caire : le BEA juge impossible de connaître l'origine du crash, malgré les traces d'explosifs

Par France Bleu, France Bleu jeudi 15 décembre 2016 à 15:46 Mis à jour le jeudi 15 décembre 2016 à 21:21

Les enquêteurs français privilégiaient l'hypothèse d'un incident technique alors que les autorités égyptiennes penchaient davantage pour l'hypothèse terroriste (images d'archives)
Les enquêteurs français privilégiaient l'hypothèse d'un incident technique alors que les autorités égyptiennes penchaient davantage pour l'hypothèse terroriste (images d'archives) © Reuters

Le Bureau d'enquêtes et d'analyses juge impossible, ce jeudi, de connaître la cause du crash du vol MS804 d'EgyptAir qui s'est abîmé en Méditerranée en mai dernier, alors qu'il effectuait la liaison entre Paris et Le Caire. Des traces d'explosif ont pourtant été retrouvées sur les passagers.

Le BEA, le bureau d'enquêtes et d'analyses, a jugé impossible, ce jeudi, de tirer des conclusions sur l'origine du crash du vol MS804 d'EgyptAir qui s'est abîmé en Méditerranée le 19 mai, alors qu'il effectuait la liaison entre Paris et Le Caire. La commission d’enquête égyptienne avait pourtant annoncé, plus tôt dans la journée, que des traces d'explosif avaient été retrouvées sur les restes de passagers du vol. Mais "en l'absence d'informations détaillées sur les conditions dans lesquelles ont été effectuées les prélèvements et les mesures ayant conduit à la détection de traces d'explosifs, le BEA considère qu'il n'est pas possible à ce stade d'en tirer des conclusions sur l'origine de l'accident", a déclaré une porte-parole à l'agence Reuters.

A LIRE AUSSI ►► Crash du vol EgyptAir : des débris et des restes humains retrouvés

Soixante-six victimes, dont quinze Français

Aucune piste n'a été formellement retenue dans l'enquête sur la catastrophe, qui a coûté la vie à 66 personnes, dont 15 Français, mais les experts privilégiaient jusqu'ici plutôt une cause technique. Le parquet de Paris, qui a ouvert le 27 juin une information judiciaire pour "homicide involontaire", n'a pas retenu la piste terroriste.

Soupçons sur l’origine criminelle de l’accident

A LIRE AUSSI ►► Ce que l'on sait du crash du vol EgyptAir

La commission d'enquête égyptienne a transmis ces éléments au parquet, a ajouté le ministère dans un communiqué en expliquant que selon la loi égyptienne le procureur est saisi "s'il devient clair aux yeux de la commission d'enquête (sur le crash) qu'il existe des soupçons sur l'origine criminelle de l'accident".

L'hypothèse d'un incident technique

Les enquêteurs français privilégiaient l'hypothèse d'un incident technique alors que les autorités égyptiennes penchaient davantage pour l'hypothèse terroriste. Une des deux boîtes noires retrouvées a révélé que des alertes signalant de la fumée à bord s'étaient déclenchées avant le crash de l'Airbus A320.

  - Aucun(e)