Faits divers – Justice

Crash du vol MH17 : une partie des corps attendue mercredi aux Pays-Bas

France Bleu mardi 22 juillet 2014 à 14:52

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte lors de sa conférence de presse sur le transfert des dépouilles des victimes
Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte lors de sa conférence de presse sur le transfert des dépouilles des victimes © MaxPPP

Des premières dépouilles des victimes du vol de Malaysia Airlines qui s'est écrasé jeudi en Ukraine doivent être embarquées pour un avion mercredi en direction des Pays-Bas, dont les autorités ont été chargées de l'enquête. Les boîtes noires ont également été remises aux experts malaisiens.

"Nous nous attendons à ce que le premier avion parte demain dans le courant de la journée ", a déclaré ce mardi le Premier ministre néerlandais Mark Rutte. Les Pays-Bas vont accueillir un avion qui transportera les premières dépouilles du vol MH17, après le crash survenu jeudi en Ukraine. Le transfert va pouvoir être assuré après que les dépouilles ont été transportées en train réfrigéré de Torez, en zone occupée par les rebelles pro-russes, vers Kharkiv , dans une région encore sous l'autorité de Kiev.

Plusieurs mois pour identifier les corps

"Dès qu'un certain nombres de victimes seront prêtes à être transportées, un avion partira " a précisé Mark Rutte, qui explique que des opérations de préparation sont en cours en Ukraine. Le nombre de corps transféré aux Pays-Bas est encore inconnu , mais pourrait dépasser quelque 200 dépouilles selon l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). "Des informations non confirmées font état de 282 corps " selon Mark Rutte.

Une fois arrivés à Eindhoven, dans le sud des Pays-Bas, les corps seront transférés dans une base militaire à une centaine de kilomètres de l'aéroport. Les opérations d'identification des corps pourraient prendre jusqu'à plusieurs mois. "Dès qu'une victime sera identifiée, la famille sera informée en priorité, et personne d'autre ", promet le Premier ministre néerlandais.

Poutine va faire pression sur les séparatistes

Plus tôt mardi, le chef des séparatistes russes, Alexandre Borodaï, a remis — en main propre — les deux boîtes noires de l'avion aux experts malaisiens qui avaient pu se rendre à Donetsk, siège des insurgés. Selon le colonel Mohamed Sakri, responsable du Conseil de la sécurité malaisienne, les boîtes noires sont "en bon état "

La Russie, de son côté, s'est engagée par la voix de son président Vladimir Poutine, à faire usage de son influence sur les séparatistes pour que l'enquête sur le crash puisse progresser. "On nous appelle à faire pression sur la rébellion. Nous ferons bien sûr tout ce qui est en notre pouvoir, je le répète, mais cela ne suffira pas", a-t-il déclaré.