Faits divers – Justice

Crash en Argentine : les rescapés sur le chemin du retour en France

France Bleu vendredi 13 mars 2015 à 8:44

L'émission de TF1 "Dropped" devait mettre en scène huit champions sportifs dans la nature
L'émission de TF1 "Dropped" devait mettre en scène huit champions sportifs dans la nature © TF1 - - Laurent Vu

L'équipe de l'émission Dropped, décimée lundi par l'accident d'hélicoptère dans lequel dix personnes ont été tuées, est en chemin pour la France. L'ensemble des rescapés de la catastrophe a été autorisé par le juge chargé de l'enquête à quitter l'Argentine.

L'équipe de production de l'émission "Dropped ", et les quatre sportifs qui participaient au jeu, vont pouvoir rentrer en France : ils ont d'ores et déjà, ce vendredi matin, pu quitter Villa Union, la ville où ils logeaient pour les besoins du tournage de l'émission, en direction de Buenos Aires, d'abord en minibus, puis dans un autocar, pour un voyage d'environ 1.000km. Dans la journée de vendredi, ils prendront l'avion , direction Paris.

Le juge a recueilli les témoignages

L'équipe d'une trentaine de personnes a été autorisée à partir par le juge fédéral Daniel Gerrera, en charge de l'enquête. "Ils voulaient absolument partir ensemble " , raconte le consul de France Raphaël Trannoy. "J'ai recueilli les témoignages des personnes que je voulais interroger et j'ai décidé de donner mon autorisation pour que tous les membres de la production, et les participants, puissent retourner dans leur pays ", a déclaré le juge Herrera. 

Parmi les témoins de la catastrophe, Alain Bernard et Philippe Candeloro ont raconté comment ils ont vu l'accident et l'incendie des deux appareils, sans rien pouvoir faire. Pour gagner du temps dans l'enquête, le juge s'est rendu directement à l'hôtel où résidaient les membres de l'équipe.

Des gendarmes français et le BEA sur place

Cinq gendarmes français sont attendus en renfort de l'enquête : "Leur objectif est d'appuer l'équipe argentine en apportant des éléments médicaux de comparaison " explique le lieutenant-colonel Laurent Lesaffre, de l'ambassade de France à Buenos Aires. Parmi eux, un médecin légiste, un dentiste et un expert en empreintes digitales. A eux trois ils doivent aider à l'identification des corps calcinés , méconnaissables, que seule une analyse de l'ADN ou des dents peut permettre de reconnaître.

D'ores et déjà, des experts français du BEA, le Bureau enquête analyse, sont arrivés sur le terrain pour commencer le démantèlement des carcasses brûlées . Leurs homologues argentins ont précisé qu'après le travail de terrain, l'analyse des pièces recueillies va se poursuivre en laboratoire.