Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Crash en Ethiopie : les boîtes noires analysées en France, les États-Unis immobilisent à leur tour les Boeing 737 MAX 8

mercredi 13 mars 2019 à 20:04 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Après l'Europe, l'Australie, plusieurs pays d'Asie et d'Amérique latine, les États-Unis ont à leur tour décidé ce mercredi d'interdire les vols en Boeing 737 Max 8 après le crash, dimanche, en Ethiopie, d'un avion de ce modèle. Les boîtes noires de l'appareil vont être analysées en France.

Les recherches se poursuivent sur le site du crash du Boeing 737 Max 8, près de Bishoftu en Ethiopie le 13 mars 2019
Les recherches se poursuivent sur le site du crash du Boeing 737 Max 8, près de Bishoftu en Ethiopie le 13 mars 2019 © Maxppp - STRINGER

Trois jours après le crash d'un Boeing 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines près d'Addis Abeba qui a fait 157 morts dont neuf Français, Donald Trump a annoncé ce mercredi que tous les avions de ce modèle de moyen-courrier, ainsi que les Boeing 737 MAX 9 n'auraient plus l'autorisation de voler aux États-Unis. "La sécurité des Américains, et de tous les passagers, est notre priorité absolue", a déclaré le président américain depuis la Maison Blanche. "Nous allons décréter en urgence l'interdiction de tous les vols des 737 MAX 8 et 737 MAX 9", a-t-il ajouté, précisant que cette décision s'appliquerait "avec effet immédiat". "Les pilotes ont été informés, les compagnies aériennes ont été informées", a-t-il conclu. 

Le constructeur américain dans la tourmente depuis dimanche a réagi dans la foulée. L'entreprise affirme qu'elle "soutient" la décision du chef de l'État américain mais conserve une "confiance totale" dans le 737 MAX.

Des pilotes américains avaient rapporté des incidents fin 2018

Quatre mois seulement après un accident similaire en Indonésie, ce nouveau crash a suscité de vives inquiétudes et poussé, dès lundi, plusieurs pays européens, d'Asie, d'Amérique latine ainsi que l'Australie à fermer leur espace aérien et / ou clouer au sol les Boeing 737 MAX 8. De nombreuses compagnies aériennes ont pris des  décisions similaires.

Selon des documents publics que l'AFP a pu consulter, au moins quatre pilotes ou copilotes américains avaient témoigné, dès octobre et novembre 2018 d'incidents graves rencontrés aux commandes de cette version du célèbre 737. Ils avaient évoqué des problèmes impliquant le système de stabilisation en vol destiné à éviter un décrochage de l'avion, le "MCAS" (Manoeuvering Characteristics Augmentation System).

Les boîtes noires de l'appareil envoyées en France

Les boîtes noires de l'avion qui s'est écrasé dimanche en Ethiopie seront transférées jeudi au Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA) français pour y être analysées, a annoncé le Bureau à l'AFP mercredi soir. "Les autorités éthiopiennes ont demandé au BEA son assistance pour l'analyse des FDR et CVR", les deux boîtes noires contenant les paramètres de vol et les conversations dans le cockpit car le pays ne dispose pas de l'équipement nécessaire à leur lecture.

Les familles et des proches des victimes de l'accident originaires de Haute-Savoie, de Bretagne et d'Indre-et-Loire notamment, ont été reçus ce mercredi au Quai d'Orsay par le secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne. 

"Cette réunion a notamment permis aux familles de poser toutes leurs questions aux représentants du ministère de la Justice, du parquet de Paris, aux enquêteurs français et aux associations de victimes et d'aide aux victimes", a précisé le ministère dans un communiqué. Les représentants de l'ambassade d'Ethiopie en France et de la compagnie Ethiopian Airlines étaient également présents.

  - Visactu
© Visactu